Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le dernier A-Dieu des amis de L’Arche à Jean Vanier

ALETEIA
Partager

Jean Vanier, fondateur des communautés de L’Arche et de Foi et Lumière, a été inhumé ce jeudi 16 mai 2019 à Trosly-Breuil (Oise). Aleteia était sur place.

Le ciel est clair, la brise légère. Il est 13h, en ce jeudi 16 mai, et le petit village de Trosly-Breuil (Oise) est en effervescence. Près de 800 personnes, valides pour certaines, porteuses d’un handicap pour d’autres, se préparent pour la messe d’obsèques de Jean Vanier, le fondateur des communautés de L’Arche et de Foi et Lumière. Tous sont ici pour lui lancer un dernier adieu. Randall arrive de Londres. Il connaissait Jean Vanier depuis six ans. Pour lui, c’est un « very important christian » (entendez « un chrétien très important) : « Il a eu une révélation de Jésus dans sa voie avec les pauvres. Il a critiqué notre société qui donne de la place au succès matériel, à la célébrité. Il a montré que l’important, c’est la relation ». Quant à Alexandre, 41 ans, porteur de trisomie, il fait partie de la communauté de L’Arche du Moulin de l’Auro (Vaucluse). « Si je viens, c’est parce que Jean est quelqu’un de très important. Il nous a dit « Vous êtes plus beaux que vous ne voulez le croire » et je veux le remercier pour cela. C’est grâce à lui que je suis à L’Arche ».

« Nous sommes dans l’action de grâce »

« Nous sommes tristes car il y a un grand vide, et en même temps nous sommes dans l’action de grâce », lance Christine McGrievy, responsable de L’Arche à Trosly, au début de la célébration. « Forts de cela, nous voulons continuer le chemin ». Continuer le chemin amorcé par Jean, tel est le leitmotiv qui rythme la cérémonie à la fois simple et belle, à l’image de l’homme qu’elle honore. Dans cette humble salle, le cercueil en bois brut est posé sur de simples tréteaux recouverts d’un drap blanc. Exit le noir et les couleurs sombres habituellement arborés pour des obsèques ; place à mille et une couleurs qui illustrent de façon frappante la diversité des gens touchés par son message. Ici un sari, là un vêtement chatoyant aux couleurs de l’Afrique, plus loin du orange, du vert, du bleu… qui était sa couleur préférée, aiment à le rappeler certains.

ALETEIA

Flottant au-dessus des têtes, des fanions bigarrés confectionnés par les communautés de L’Arche du monde entier, de Calgary (Canada) au Kenya en passant par le Kent (Royaume-Uni). Des personnes handicapées servent la messe, mêlées à d’autres valides. Dans l’assemblée, un silence respectueux alterne avec des chants, des rires, des cris, des gémissements, des bruits de toux. Nous sommes au cœur du message de Jean Vanier et c’est un homme de paix qui est ici salué. « Jean était taraudé par la paix, il en avait soif. Il avouait à 88 ans être en perpétuelle conversion, disant “il me reste encore bien du chemin à parcourir” », note Mgr Pierre d’Ornellas, archevêque de Rennes, qui préside la célébration, accompagné de nombreux autres prêtres ainsi que de ministres presbytériens. Sa parole, ajoute-t-il « rejoint chacun sur sa route » et « convertit nos cœurs ».

Les acteurs du monde du handicap réunis

De nombreuses personnalités impliquées dans le monde du handicap sont également présentes, telles que Marie-Hélène Matthieu, fondatrice de l’OCH puis de Foi et Lumière avec Jean Vanier, Laurent de Cherisey, fondateur de Simon de Cyrène, Tugdual Derville, d’Alliance Vita, Martin Choutet de l’APA (Association Pour l’Amitié), ou Frédérique Bedos, réalisatrice du film Le Sacrement de la Tendresse. Même le pape François a salué la mémoire de ce « géant au grand cœur » dans un message adressé à L’Arche, rendant grâce pour son œuvre. Nul doute, Jean Vanier a touché les cœurs au-delà des frontières de nos pays. En témoigne au moment de la Paix du Christ l’invitation lancée à faire le geste indien du Namasté qui signifie « Dieu présent en mon cœur honore Dieu présent en ton cœur ». Ou les chants d’Haïti et du Japon interprétés par des personnes venues des quatre coins du globe.

ALETEIA

Lire aussi : Jean Vanier : « Dites-leur de venir à Trosly »

Lorsque sa nièce prend la parole, c’est pour remercier l’oncle attentif qu’elle a connu : « Je t’entends me dire : “Comment vas-tu ?”. Tu as toujours cherché le langage du cœur ». Puis des personnes du foyer du Val Fleuri se remémorent l’ami qui ne rechignait pas devant un apéro ou une sortie au restaurant… tant qu’elles étaient l’occasion d’être en relation. Et Odile Ceyrac, une proche, évoque les derniers instants de cet ami des tout-petits. « Les derniers mois de ta vie, doucement mais aussi douloureusement, tu es devenu un grand pauvre. Toi qui parlais, tu ne pouvais plus parler, plus manger, plus marcher. Tu parlais par les gestes. […] Et à la fin, toute ton énergie était dans ton souffle. Nous nous mettons maintenant dans ton souffle pour continuer à souffler comme toi à travers le monde ».

Lire aussi : Marie-Hélène Mathieu : « Pour Jean Vanier chacun était un être unique appelé à une mission unique »

Alors que chacun a pu adresser un signe d’au revoir au fondateur, à commencer par les personnes en fauteuil roulant, un brouhaha léger se fait entendre. Les participants quittent peu à peu la salle et livrent leurs impressions. Jean-Loup, ancien assistant de L’Arche aujourd’hui à la retraite, parle d’un grand moment familial. « C’était plein de joie, comme si c’était un appel à bien continuer, à ne pas rester fixés sur le fondateur et à suivre le chemin ». Claude et Josette, eux, sont venus avec l’APA. Ils ont connu Jean Vanier, qu’ils venaient voir plusieurs fois dans l’année. « C’était une personnalité mais il savait parler à tout le monde. La messe était à la hauteur du personnage ». Enfin, Selda, et Eve, engagées à L’Arche à Trosly depuis 17 et 25 ans, ont ressenti une grande unité. « C’est un temps douloureux et en même temps, nous savons que c’est un passage. Nous l’avons vraiment vécu en communion. C’est énormément d’émotion et en même temps c’est serein, la vie continue. Il y a une force qui nous pousse ». Au revoir Jean.

En images : ces phrases inspirantes de Jean Vanier
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]