Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment choisir le prénom de son enfant ?

@YouTube Le Prénom
Capture YouTube I Le Prénom
Partager

Hasard total ou référence assumée ? Le choix d’un prénom peut relever aussi bien d’un goût partagé pour de belles sonorités que d’un attachement fort à une personne ou à un lieu bien précis. Voici quelques idées pour des parents qui souhaitent donner du sens aux prénoms de leurs enfants.

« Je n’ai pas de cours de prénom à recevoir de quelqu’un qui appelle ses enfants Apollin et Myrtille ! ». Phrase culte de l’excellente pièce de théâtre Le Prénom, aboutissement explosif d’un quiproquo rocambolesque à propos du prénom Adolphe, cette réplique d’Anna à son beau-frère démontre combien le choix du prénom demeure éminemment personnel. Donc bien que mes enfants ne s’appellent ni Apollin ni Myrtille, l’idée ici n’est pas de donner des conseils pour le choix d’un prénom mais plutôt des pistes pour élargir de nouveaux horizons de prénoms qui aient un sens pour vous et votre enfant.

Une référence littéraire

Toujours dans Le Prénom, Vincent continue de feindre d’avoir choisi Adolphe comme prénom pour son fils. « Je lisais Adolphe, le roman de Benjamin Constant et Anna aussi quand on s’est rencontrés. On a adoré ce personnage. Alors on s’est dit que si on avait une fille on l’appellerait Ellénore et que si c’est un garçon, nous… » Si le futur père se défend ironiquement en affirmant faire référence au « plus grand héros romantique de la littérature du XIXe siècle », vous pouvez effectivement faire le choix d’un personnage de fiction qui vous a particulièrement plu ou marqué. Cela pourra être l’héroïne tragique de Racine, Bérénice, ou Hector, dans la mythologie grecque, ou encore Ophélie si vous êtes un fan de Hamlet.

Une affection pour une région

Le prénom de votre enfant peut aussi refléter un attachement particulier à des origines régionales. Ainsi vous aurez le choix entre bon nombre de jolis prénoms bretons, basques, provençaux, etc… qui vous rappelleront d’où vous venez. Les Maya ne pourront renier leur lien avec le pays basque, ni les Gildas avec la Bretagne ou les Marius avec le pays de Pagnol.

Un saint qui vous est cher

Donner à son enfant le prénom d’un saint que vous aimez tout particulièrement est une belle manière de lui rendre hommage, et de le rendre présent au sein de votre foyer. C’est aussi fournir un modèle de sainteté à votre futur enfant, n’ayons pas peur de mettre la barre haute ! Cela peut être aussi l’occasion de mettre en avant une qualité que vous admirez chez un saint, comme la joie de saint Jean Bosco ou l’abandon total en la Providence de sainte Thérèse de Lisieux.

L’esprit de famille

« Nous allons appeler notre fils Henri, comme papa et grand-père », annonce finalement Vincent, pour tenter d’apaiser l’atmosphère. Certains parents donnent parfois le même prénom que celui des chefs de famille des générations précédentes. Une façon de marquer la filiation, et de rester fidèle à l’esprit de famille. Afin d’ajouter une touche un peu personnelle à un prénom familial, il est aussi possible de l’attacher à un autre prénom. Ainsi, une lignée de Henri pourra donner naissance à des Pierre-Henri, Paul-Henri ou Charles-Henri.

Un même style dans la fratrie

Classique, rétro, original, court ou composé, les parents font souvent attention à bien marier les prénoms de leurs enfants quand la famille s’élargit. Allant simplement « du même style » à « commencer tous par la même lettre » (Adélaïde, Amicie et Antoine) ou partager une sonorité commune (Augustin, Agathe et Gonzague), les prénoms d’une fratrie sont parfois savamment réfléchis ! Prendre garde à marier les prénoms au sein de la fratrie est une chose, les concilier avec le nom de famille en est une autre. Pensez à prononcer tout haut le prénom choisi avec votre nom, ce qui évitera de fâcheux « Aude Javel ».

L’avis des autres a-t-il de l’importance ?

« Alors ce qui compte, c’est ce que pensent les gens ? », interroge amèrement Vincent dans Le Prénom, lorsque son beau-frère, qui le croit sérieux, tente de le faire renoncer au prénom Adolphe. Cela pose la question du regard de la société. Doit-on choisir un prénom en fonction de ses propres goûts ou de ceux des autres ? La réponse réside sans doute dans le poids que des parents infligent à leur enfant en choisissant un prénom trop connoté. Si l’avis d’autrui peut servir de jauge, aux parents de mesurer la charge que peut représenter un prénom. Plutôt que de vous mettre à la place des autres (que vont-ils penser?), mettez-vous à la place de votre enfant et demandez-vous si vous auriez aimé porter ce prénom.

Ces noms de saints qui sont devenus des prénoms :
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]