Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

À bord du Saint Lukas, le train-hôpital qui parcourt la Sibérie

Partager

En Russie, ce train-hôpital parcourt les zones rurales de Sibérie afin de proposer des soins aux personnes isolées géographiquement du reste du pays.

Le train Saint Lukas n’est pas un train comme les autres. Financé par le gouvernement russe, sa mission n’est pas de transporter des voyageurs mais de parcourir la Sibérie et l’Extrême Orient russe afin d’offrir des soins aux personnes vivant dans des villages reculés. En effet, dans ces lieux quasiment coupés du reste du monde en raison de l’éloignement géographique et de l’exode rural, il manque souvent de médecins et d’infrastructures médicales. Pour les villageois, jeunes et moins jeunes – à noter que c’est principalement une population âgée qui vient consulter – l’arrivée du train médical une fois dans l’année est donc un événement à ne pas manquer.

Au sein du convoi, grâce au matériel dont ils disposent, médecins et infirmières effectuent échographies, scanners, prises de sang, diagnostics… Les visites et les soins sont gratuits. Au total, toutes professions confondues, ce sont près de 75 personnes qui sont présentes à bord du train, avec plus d’une vingtaine de spécialités médicales. L’équipage s’arrête plus ou moins longtemps dans les villages, selon le degré de prise en charge nécessaire. Les médecins voient en moyenne 150 patients par jour.

Un wagon église à l’intérieur

© Capture d'écran Arte
Un pope avec des villageoises, dans la chapelle à bord du train.

Le train porte le nom de saint Lukas. Béatifié en l’an 2000 dans l’Église orthodoxe, il était à la fois prêtre et chirurgien et a survécu à la révolution bolchévique et aux goulags de Staline. Très tourné vers la Vierge Marie, il ne manquait pas de la prier avant d’opérer quelqu’un. L’un des wagons a d’ailleurs été transformé en église. Aménagé pour le culte orthodoxe, on y trouve un autel, un iconostase, des icônes à profusion… Les patients peuvent venir se recueillir entre deux examens dans ce wagon baigné par la lueur des cierges. Plus qu’un simple train, le Saint Lukas est un véritable lieu de vie.

En images : Des moines installent leur couvent dans un vieux train
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]