Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 30 novembre |
Bienheureux Bernardo Francisco de Hoyos
home iconAu quotidien
line break icon

Votre ado veut faire de l’humanitaire ? Parlez-lui de l’Institut Bioforce

© Bioforce

Bérengère Dommaigné - Publié le 27/04/19

Créé à Lyon en 1983, l’Institut Bioforce forme aux métiers de l’humanitaire à Vénissieux et à Dakar depuis 2017. L’objectif de Bioforce ? Professionnaliser le secteur de l’humanitaire avec des formations pratiques et opérationnelles. Cursus post-bac, formations ou reconversions professionnelles, Bioforce accueille différents profils et forme près de trois mille personnes par an. Aleteia a poussé les portes de l’Institut.

Nous sommes à la fin des années 1970. Le docteur Charles Mérieux conduit alors une campagne de vaccination sans précédent au Brésil. En quelques mois, 90 millions de Brésiliens sont préservés de la méningite africaine. Il constate que la réussite de cette entreprise a reposé, certes sur l’acte médical lui-même, mais également sur l’organisation et la bonne logistique mise en place. Il en tire une évidence : ce besoin de logistique doit être transmis pour permettre aux actions humanitaires, partout dans le monde, d’être efficaces. C’est ainsi que le docteur lyonnais fonde en 1983 l’Institut Bioforce. Les années passant, les besoins se développant, l’Institut forme aujourd’hui à neuf métiers de l’humanitaire grâce à des cursus allant de trois mois à trois ans, selon les profils et les attentes des candidats.


SCIENCES PO PARIS

Lire aussi :
Les projets humanitaires intégrés dans les parcours des grandes écoles

3 ans de formation et un bac +4

À l’origine, les formations proposées étaient destinées aux personnes de plus de 22 ans, ayant déjà une expérience professionnelle en France ou à l’étranger, et souhaitant mieux se former ou se reconvertir. Mais il y a une dizaine d’années, face à la demande de plus jeunes candidats, une formation post-bac sur trois ans a été créée. Cette formation se fait sur dossier et concours après une demande d’inscription, directement via le site internet de l’école (pas encore sur Parcoursup). La journée de concours se partage entre un entretien avec un jury pour parler de son projet et de sa motivation puis une après-midi d’épreuves « aptitudes physiques et comportementales » pour mieux connaître le candidat dans son rapport aux autres.




Lire aussi :
La communauté Saint-Martin lance son propre volontariat

Une fois admis, la formation s’étale sur trois ans : la première année est consacrée à l’école, la deuxième année se partage entre l’école et un stage à l’étranger, puis la troisième année se fait en alternance. « On s’est vite aperçu qu’entre l’idéal de travailler dans l’humanitaire et la réalité, nos étudiants n’y étaient pas tous destinés », confie à Aleteia Marie Perroudon, l’une des responsables de la communication. « Aussi, nous offrons une formation professionnelle complète avec des stages en entreprises afin d’être ouvert à d’autres expériences ». À la fin de ces trois années, les étudiants valident un double diplôme : un titre niveau II formation professionnelle (équivalent à un bac +4) et une licence pro délivrée par l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Déjà 300 jeunes sont passés par cette formation en dix ans d’existence. « Autant de garçons que de filles, entre 19 et 20 ans d’âge moyen », précise Marie Perroudon.

Formations sur mesure à Lyon et Dakar

Et pour ceux qui veulent se reconvertir ou approfondir leurs métiers, Bioforce propose toute l’année de nombreuses formations à la carte, allant de trois à neuf mois. L’âge moyen y est alors de 35 ans chez les participants, qui peuvent également se partager entre l’antenne lyonnaise et celle de Dakar. Installé dans le paysage et reconnu pour ses cursus, l’Institut Bioforce travaille en relations avec les ONG du monde entier. Parmi les quelques 300 formateurs et intervenants extérieurs, nombreux sont ceux qui sont passés par l’école ou travaillent aujourd’hui dans des ONG reconnues. L’équipe pédagogique compte, quant à elle, 70 personnes au total entre Lyon et Dakar et est dirigée depuis deux ans par Gilles Collard, promo 1990 de l’institut, qui a derrière lui une carrière de 26 ans dans l’humanitaire.




Lire aussi :
La mission, est le « cœur de la vie du baptisé », affirme le vicaire apostolique du Cambodge

L’ouverture en 2017 de l’antenne au Sénégal, notamment soutenue par la principauté de Monaco, a permis d’accueillir de nombreux étudiants d’Afrique de l’Ouest, tout en se rapprochant des terrains de crise. Et pour aider quelques élèves à financer leurs formations sur place, l’équipe pédagogique lyonnaise vient de s’inscrire, avec quelques étudiants, à la course des héros, le 16 juin prochain à Lyon, pour financer plusieurs bourses.

Plus d’informations sur https://www.institutbioforce.fr/

Découvrez les secrets pour transformer votre vie et celle des autres :
Tags:
formationhumanitairejeunesLyontravail
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
CHURCH
Agnès Pinard Legry
Une messe dimanche... trois scénarios possibl...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
messe avec masques
Agnès Pinard Legry
Les églises sont "des lieux de contamination"...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement