Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

L’inoubliable Jean-Pierre Marielle dans « La Controverse de Valladolid »

Partager

Grand comédien français, Jean-Pierre Marielle est décédé ce mercredi 24 avril 2019. À l’affiche de nombreux films au cinéma, il avait également tenu des rôles pour le théâtre et la télévision.

Il fait partie des grands du monde du cinéma, à l’image de Philippe Noiret, Claude Rich, Jean Rochefort ou encore « Bebel », son grand ami… Jean-Pierre Marielle, le dernier des Grands Ducs, s’est éteint ce mercredi à l’âge de 87 ans après une longue maladie.

Son apparition dans La Controverse de Valladolid, un téléfilm diffusé en 1992 sur les écrans français, a marqué nombre d’esprits. Il y incarne Bartolomé de Las Casas, un prêtre dominicain défenseur des Amérindiens, homme plein d’humanité. Avec le panache qu’on lui connaît, il apparaît, magistral, enveloppé de son habit religieux noir et blanc, le regard pénétrant et la voix limpide. Comment ne pas frémir en l’écoutant lancer d’une voix puissante : « Qu’ils soient des hommes comme moi je n’en peux pas douter car ils sont mes frères indiens et je me reconnais en eux  » ?

Inoubliables également, ses grandes apparitions dans Tous les matins du monde, Le diable par la queue, Uranus… Monsieur de Sainte-Colombe reste présent dans la mémoire de plus d’une génération de Français amoureux de leur patrie et de ses arts, ses scènes, ses salles de cinéma obscures. En plus de soixante ans de carrière, il a joué dans plus d’une centaine de films, téléfilms et pièces de théâtre, sous la direction de figures prestigieuses telles que Michel Audiard ou Claude Sautet, et a été nommé pas moins de sept fois aux Césars.

Un « ogre charmant »

De nombreuses personnalités du monde de la culture ont salué la personnalité de l’acteur. L’Académie des Césars lui a rendu hommage dans un communiqué, louant un « monument du cinéma français ». « Jean-Pierre Marielle était aussi et surtout un formidable interprète, qui incarnait ses rôles avec cet humour piquant et un certain cynisme qui lui étaient si propres », note Alain Terzian. Le ministre de la Culture Franck Riester a loué un acteur « qui avait tout. La voix, le charisme, les yeux rieurs et le sens du jeu ». « On a toujours l’impression que les grands acteurs qu’on aime sont immortels, a réagi pour sa part le réalisateur Patrice Leconte, qui rend hommage à celui qu’il appelle affectueusement « une espèce d’ogre […] charmant », vantant sa « chaleur humaine » et son sens de l’amitié. « Et puis il faut se rendre à l’évidence, ils ne sont pas immortels. Heureusement, les films leur survivront », a-t-il ajouté.

View this post on Instagram

Merci #jeanpierremarielle 🙏😢🖤

A post shared by Jean Dujardin (@jeandujardin) on

Lire aussi : Jean Piat, inoubliable comédien

Ces figures inspirantes qui nous ont quittés en 2018 :
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]