Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Et pour quelques médailles de plus

ENNIO MORRICONE
Ennio Morricone.
Partager

Le pape François a décerné une médaille d’or au célèbre compositeur italien Ennio Morricone. Le cardinal Gianfranco Ravasi, président du Conseil pontifical pour la culture, l’a indiqué le 15 avril 2019. Ce prix a été remis le jour même à l’église romaine de Sant’Agnese in Agone, sur la place Navonne.

À 90 ans, Ennio Morricone ne compte plus ses récompenses, ses Oscars ou ses Césars. Réputé pour ses musiques de film, l’artiste italien a offert aux plus grands réalisateurs de formidables bandes originales à coups de guimbardes, d’harmonica, de sifflements et de mélodies envoûtantes. C’est par exemple lui qui donne le « la » aux « westerns spaghetti » tels que « Le bon, la brute et le truand » ou « Pour une poignée de dollars » avec Clint Eastwood. C’est encore lui qui compose celle du « professionnel » avec Jean-Paul Belmondo, ou encore du ‘Clan des siciliens’.

 

Il est ainsi tout naturel que le pape François récompense le compositeur romain, artisan d’un « langage universel de paix, de solidarité et de spiritualité ». Le pape argentin avec cette médaille pontificale reconnaît donc son « son extraordinaire et fructueux engagement artistique dans le domaine de la musique », peut-on également lire sur le parchemin qui atteste de cet honneur.

Inoubliable Mission

Le pape François a également voulu attirer l’attention sur les aspects religieux présents dans la carrière d’Ennio Morricone. Parmi ses bandes originales, celle du film Mission mettant en effet en scène de manière poignante la vie de jésuites en Amérique latine. Chorales liturgiques, hautbois, percussions amérindiennes et guitares s’y combinent sous la baguette du maestro.

Le chef d’orchestre, qui ne cache pas sa foi catholique, avait par ailleurs dédié une messe spécialement au pape François. Il a composé cette œuvre à l’occasion du bicentenaire de la restauration canonique de la Compagnie de Jésus, en 1814, des rangs desquels sort l’actuel pontife. Il a également confié l’importance que revêt à ses yeux le chant grégorien, tradition « vitale » de l’Église.

Lire aussi : Entre électro et modernité, le grégorien inspire toujours

La patte du pape François

Cette médaille d’or a été frappée expressément par le pape François. Elle se distingue donc des fameuses Benemerenti ou Pro ecclesia et pontifice, habituellement décernées aux plus méritants. La première a été instituée par le pape Grégoire XVI en 1832 et est souvent donnée aux militaires, aux religieux ou aux laïcs ayant rendu de grands services à l’Église. Trois grades la composent : l’or, l’argent et le bronze. La seconde pour sa part ne comporte qu’une seule classe. Aussi connue sous le nom de Croix d’Honneur, cette dernière avait été introduite par le pape Léon XIII en 1888.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]