Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Jésus ressuscité ? L’énigme du tombeau vide

Femmes pieuses au tombeau, Giuliano Amidei
Partager

Sans la Résurrection du Christ, la naissance de l’Église est inexplicable. La première découverte des apôtres est le tombeau vide, un présupposé nécessaire pour les historiens.

Les Évangiles insistent sur le tombeau vide découvert le dimanche de Pâques. C’est un argument important qui n’est remis en cause par aucun témoignage contradictoire, pas même chez les adversaires de la foi chrétienne. C’est ainsi que l’argumente le pape Benoît XVI (Jésus de Nazareth) :

« Dans la Jérusalem de l’époque, l’annonce de la Résurrection aurait été absolument impossible si on avait pu faire référence au cadavre gisant dans le sépulcre. C’est pourquoi, il faut dire que, si le sépulcre vide en tant que tel ne peut certainement pas prouver la Résurrection, il reste toutefois un présupposé nécessaire pour la foi dans la Résurrection, dans la mesure où celle-ci se réfère justement au corps et, par là même, à la totalité de la personne. »

Aucun témoignage contradictoire

Seuls les Évangiles parlent du tombeau vide et il n’y a aucun témoignage contradictoire. Jean écrit que Pierre et lui-même ont vu le sépulcre vide (Jn 20, 3-8) et il fournit quelques éléments précis à ce propos : « Pierre aperçut le linge qu’on avait mis sur la tête de Jésus, non pas avec les bandelettes, mais roulé à une place à part. »

Dans Reasonable Faith, le grand apologète américain William Lane Craig précise que « des traditions conflictuelles [au récit du tombeau vide] n’apparaissent nulle part, même pas dans la polémique juive » et qu’« autrefois considéré comme un outrage à l’intelligence moderne et une source d’embarras pour la théologie chrétienne, le tombeau vide de Jésus est aujourd’hui classé parmi les faits généralement reconnus concernant le Jésus historique ».

Après le chemin de croix, le chemin de la résurrection :
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]