Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Dimanche 29 novembre |
Bienheureux Bernardo Francisco de Hoyos
home iconArt & Voyages
line break icon

Les clefs d’une œuvre : « La Descente de croix » de Pierre-Paul Rubens

© Rémi Jouan, CC-BY-SA , Licence de documentation libre GNU , Wikimedia Commons

« La Descente de croix » de Pierre-Paul Rubens

Sophie Roubertie - Publié le 18/04/19

Réalisé pour le couvent des capucins de Lille, ce tableau est aujourd’hui conservé au palais des Beaux-Arts de Lille. Il invite à contempler le mystère de la Passion et à méditer, à travers les personnages demeurés au pied de la croix, sur notre propre présence auprès du Christ souffrant.

Jésus est mort. Pour respecter le repos prescrit, il fallait que le corps soit descendu de croix avant la nuit. « Déjà brillaient les lumières du sabbat » rapporte saint Luc (23, 54). L’atmosphère est sombre en effet, laissant déjà dans l’ombre certains personnages, et le décor, réduit à rien. Une lumière crue, comme artificielle, éclaire la partie centrale du tableau. Autour de la diagonale formée par Jésus et son linceul, la composition est très ramassée.

© Rémi Jouan, CC-BY-SA , Licence de documentation libre GNU , Wikimedia Commons


FRA ANGELICO

Lire aussi :
Les clefs d’une œuvre : « L’annonciation » de Fra Angelico

Le linceul ne cache rien des souffrances subies

« Il alla trouver Pilate et demanda le corps de Jésus. Puis il le descendit de la croix » (Lc 23, 52). Joseph d’Arimathie, disciple de Jésus, est là, alors que presque tous ceux qui suivaient le messie ont disparu. Nicodème aussi est présent. Les deux hommes, montés sur des échelles et aidés d’un serviteur, descendent le corps. Le linceul dans lequel ils le retiennent, d’un blanc nacré tâché de sang, ne cache rien des souffrances subies : la plaie au côté, les traces des clous, le teint livide. La couleur presque bleue du supplicié tranche avec les couleurs lumineuses des vêtements que portent les participants à la scène.

© Rémi Jouan, CC-BY-SA , Licence de documentation libre GNU , Wikimedia Commons

Les femmes aussi sont présentes, éplorées, elles qui n’ont jamais abandonné Jésus. La Vierge Marie, Marie-Cléophas et Marie-Madeleine sont au pied de la croix, groupe compact qui reçoit, accueille et embrasse celui en qui elles continuent de croire.

Les visages sont loin d’être idéalisés

Au premier plan, les clous, la couronne d’épines la bassine de cuivre et le périzonium tâché de sang, en une triste nature morte, rappellent au spectateur les instruments qui ont valu une telle accumulation d’épreuves au Christ.

© Rémi Jouan, CC-BY-SA , Licence de documentation libre GNU , Wikimedia Commons

Rubens, loin de figer la scène dans la désolation de l’instant, réussit à lui conférer une incroyable énergie. Saint Jean, vêtu de rouge et vert, que nous voyons de dos, avance avec vigueur sa jambe contre l’échelle pour retenir le corps du crucifié, qu’il reçoit avec force et douceur. Sous le poids, son effort est visible. Les visages sont loin d’être idéalisés. Une vieille femme, légèrement en retrait, signifie, d’un mouvement des mains, à la fois sa surprise et sa compassion devant la mort de son Sauveur.


PRESENTATION TEMPLE

Lire aussi :
Les clefs d’une oeuvre : « La Présentation au temple » de Carpaccio

Un infini respect

« Comme le sabbat des Juifs allait commencer, et que ce tombeau était proche, c’est là qu’ils déposèrent Jésus » (Jn 19, 42). Les disciples accomplissent ainsi un dernier geste, d’un infini respect, pour le corps de Jésus, vrai Dieu, mais aussi vrai homme.

« Tout est accompli » (Jn 19, 30). Dernier geste. Dans l’attente de la Résurrection.

En image : revivez le chemin de croix avec les plus grands artistes :
Tags:
Artsla passion du christla résurrection du Christtableau
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Agnès Pinard Legry
Jauge de 30 personnes : les catholiques unis ...
Timothée Dhellemmes
"Ridicule", "pathétique", "humiliante"... la ...
Agnès Pinard Legry
Vent debout contre la jauge de 30 person...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Timothée Dhellemmes
Les évêques fustigent une décision "irréalist...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Monseigneur Matthieu Rougé
Timothée Dhellemmes
Mgr Rougé : "C’est un manquement à la parole ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement