Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Montluçon : un tabernacle fracturé

Google Street View
L’église Saint-Pierre de Montluçon, dans le diocèse de Moulins (Allier).
Partager

L’église Saint-Pierre de Montluçon, dans le diocèse de Moulins (Allier) a été profanée mardi 9 avril. Son tabernacle a été fracturé et les hosties consacrées qui étaient à l’intérieur ont été volées. Une messe de réparation a été organisée dans l’urgence et célébrée ce vendredi pour "ne pas pénaliser les fidèles qui souhaitent assister à la messe des Rameaux", confie à Aleteia le père Jean-Pierre Millet, vicaire général du diocèse de Moulins.

Il est aux alentours de 22 heures, mardi 9 avril au soir, quand le sacristain de l’église Saint-Pierre de Montluçon (Allier) commence son tour de vérification. Il remarque alors que le tabernacle a été fracturé et que les hosties qu’il contenait ont disparu. Une plainte a été déposée et une enquête est ouverte. « On ne peut rien faire d’autre que supposer », confie à Aleteia le père Jean-Pierre Millet, vicaire général du diocèse de Moulins. Depuis l’incident, il a reçu plusieurs appels de fidèles touchés par la nouvelle. Il raconte que le drame a permis de créer « une sorte de solidarité de prière ».

Demander pardon au nom des voleurs

La profanation de l’église Saint-Pierre de Montluçon surprend par son mode opératoire. Le vicaire s’étonne ainsi que les hosties consacrées aient été emportées avec le calice. « Habituellement, les voleurs partent en laissant les hosties au sol », fait-il remarquer. « C’est ça qui est source de souffrance. Parce que nous, catholiques, croyons que dans ce pain, c’est Jésus qui est vivant ».

Une messe de réparation organisée dans l’urgence a été célébrée dans l’après-midi du vendredi 12 avril pour que les fidèles puissent assister à la messe des Rameaux ce dimanche. En effet, « une messe de réparation est célébrée lorsqu’une action gravement injurieuse a été commise dans un lieu sacré et que les fidèles y voient matière à scandale », rappelle le droit canonique. Cette célébration, présidée par le vicaire général du diocèse de Moulins, a été l’occasion de ré-ouvrir les portes de l’église Saint-Pierre pour la première fois depuis sa profanation. Le père Millet comprend qu’un non-croyant puisse « difficilement comprendre l’importance d’une messe de réparation ». Mais à ses yeux, « il est nécessaire de demander pardon au Christ pour l’offense qui a été commise, au nom des voleurs ». L’an dernier, à la même époque, quelques jours avant Pâques, une autre église du diocèse avait été profanée. Pour rappel, le bilan annuel du ministère de l’Intérieur, publié le 12 février dernier, rapportait 1.063 actes anti-chrétiens commis en France en 2018, contre 1.038 au cours de l’année 2017.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]