Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Les deux conseils du pape François pour élever un enfant

MAŁA DZIEWCZYNKA WSPINA SIĘ NA ŚCIANCE
Shutterstock
Partager

« Dans l’art de grimper, l’important n’est pas de ne pas tomber, mais de ne pas rester par terre ». Le pape François n'a pas hésité à citer cette parole d’une chanson montagnarde chère à son cœur, afin d’illustrer la manière d’éduquer un jeune devant quelque 2.600 étudiants et enseignants début avril.

Prévenante proximité et détachement bienveillant. Voici les deux enseignements fournis par le pape François lors d’une audience samedi 6 avril dans la Salle Paul VI du Vatican, avec 2.600 étudiants et enseignants de l’Institut San Carlo de Milan. Prises ensemble, ces deux recommandations paraissent contradictoires. Mais elles s’appliquent en réalité l’une après l’autre à deux moments différents : l’enfance et la jeunesse.

À Marta Bucci, mère de famille et présidente du Conseil de l’Institut, qui, dans un dialogue sous forme de questions-réponses invitait le Pape à prononcer quelques mots sur l’éducation, le Saint-Père a répondu : « Avec les petits, proximité, pour les aider à marcher, afin qu’ils ne tombent pas ; avec les jeunes, les pousser à aller de l’avant et s’ils tombent, les aider à se relever ».

Le rôle des parents change au fur et à mesure que l’enfant grandit. « Avec les petits, par la proximité, tu cherches à ce qu’ils ne tombent pas ; avec les jeunes, laisse-les tomber, afin qu’ils apprennent », conseille le Pape. La mission des parents évolue donc : elle ne consiste plus à protéger coûte que coûte, mais à les aider à se relever s’ils tombent. « Nous savons bien que la chute n’est pas un échec. C’est l’épreuve de la vie », précise-t-il en encourageant les parents à laisser leur jeune aller de l’avant, à marcher, « pas seul, toujours en groupe », pour se soutenir mutuellement. En cas de chute, les parents doivent être là pour le relever, lui parler, lui tendre la main, afin qu’il ne reste pas à terre. « Il est permis de regarder un autre de haut seulement afin de l’aider à se relever ! », ne manque-t-il pas de souligner.

8 saints patrons à faire connaître à ses enfants :
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]