Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Mère d’intention, mère légale : la CEDH rend son avis

PREGNANT WOMAN
Partager

La CEDH ne préconise pas la retranscription de l’acte de naissance d’un enfant né d’une gestation pour autrui (GPA) à l’étranger pour établir son lien de filiation avec la mère d’intention, a-t-elle annoncé ce 10 avril. Cet avis consultatif répond à une demande formulée par la Cour de cassation dans une affaire de GPA.

Consultée par la Cour de cassation, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a estimé ce 10 avril que la France n’avait pas l’obligation de retranscrire les actes civils d’enfants nés par GPA à l’étranger pour établir la filiation. La demande avait été formulée par les époux Mennesson qui tentent, par une longue procédure judiciaire en France, de se faire reconnaître à l’état civil comme parents de leurs deux filles nées en Californie par GPA en 2000.

Pour mémoire, après de nombreux procès et un arrêt de la CEDH en 2014, les juges français avaient finalement accepté de transcrire l’acte de naissance étranger de leurs deux filles, bien qu’issues d’une GPA, car il correspondait à une réalité biologique, à savoir qu’il mentionne la filiation biologique avec le père. Mais les parents voulaient désormais faire transcrire l’acte américain qui reconnaît quant à lui la mère d’intention comme la seule mère légale.

Lire aussi : « Big Fertility », le film qui dénonce le business de la GPA aux États-Unis

Que dit l’avis de la CEDH dans le détail ? Dans le cas d’un enfant né à l’étranger par GPA, issu des gamètes du père d’intention et d’une tierce donneuse et où le lien de filiation entre l’enfant et le père d’intention a été reconnu en droit interne, la CEDH estime que « le droit au respect de la vie privée de l’enfant, au sens de l’article 8 de la Convention, requiert que le droit interne offre une possibilité de reconnaissance d’un lien de filiation entre cet enfant et la mère d’intention, désignée dans l’acte de naissance légalement établi à l’étranger comme étant la « mère légale ».

L’intérêt supérieur de l’enfant

Ceci étant dit, la CEDH souligne que le droit au respect de la vie privée de l’enfant « ne requiert pas que cette reconnaissance se fasse par la transcription sur les registres de l’état civil de l’acte de naissance légalement établi à l’étranger ; elle peut se faire par une autre voie, telle que l’adoption de l’enfant par la mère d’intention, à la condition que les modalités prévues par le droit interne garantissent l’effectivité et la célérité de sa mise en œuvre, conformément à l’intérêt supérieur de l’enfant ».

Les réactions n’ont pas tardé à se multiplier sur les réseaux après la publication de l’avis de la CEDH. Pour Alliance VITA, « en s’interdisant de pointer les atteintes aux droits de l’Homme inhérentes à toute GPA, la CEDH conserve une posture gravement ambiguë » :

Pour la Manif pour tous « c’est clair », « la filiation ne saurait être définie par la volonté des adultes » :

L’Association Des Familles Homoparentales (ADFH) se félicite quant à elle de « l’obligation de reconnaître une filiation avec la mère d’intention », même si la CEDH « laisse à la France le choix du dispositif » :

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]