Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le Pape invite à prier pour les médecins et humanitaires en zones de combat

Partager

Chaque mois, le pape François confie aux fidèles une intention particulière. En ce mois d’avril, il invite à prier pour les médecins et le personnel humanitaire présents en zones de combat qui risquent leur vie pour sauver celles des autres.

« La présence des médecins, des infirmiers et du personnel de santé dans des zones dévastées par les conflits, est un signe d’espérance. Ce sont des personnes sages, courageuses, bonnes, qui, en suivant leur vocation, travaillent dans des conditions extrêmement dangereuses ». Dans sa vidéo du mois d’avril, le pape argentin demande aux fidèles de prier pour ces professionnels qui risquent leur vie dans les zones de guerre. Pour lui, leur présence est un signe d’espérance fort car ils « manifestent humanité et miséricorde au cœur des guerres ». Ainsi qu’en a témoigné le capitaine Marc Laycuras, militaire français tué le 2 avril dernier au Mali dans le cadre de l’opération Barkhane.

Une nécessaire compassion

En 2016, alors qu’il s’adressait à des médecins espagnols et latino-américains en visite au Vatican, le successeur de Pierre faisait remarquer que l’engagement d’un médecin ne se fonde « pas seulement sur la science et sur la compétence technique, mais aussi et surtout sur son attitude pleine de compassion et miséricordieuse envers ceux qui souffrent dans leur corps et dans leur esprit ». Il a également eu quelques mots sur la compassion qui est « dans un certain sens, l’âme même de la médecine. La compassion, ce n’est pas éprouver de la peine, mais souffrir-avec ». Le 27 janvier 2018, lors d’une rencontre avec la Croix Rouge italienne, le souverain pontife prenait l’exemple du Bon Samaritain. Celui-ci « ne soumet pas l’homme blessé à aucun examen préalable, il ne le juge pas et ne subordonne pas son secours à des prérogatives morales, ni même religieuses ».

Lire aussi : « Nous, médecins, avons toujours l’Espérance à rendre présente »

© Réseau Mondial de Prière du Pape

On compte actuellement plus de 20 conflits armés dans le monde. Différentes organisations humanitaires déplorent que dans les guerres d’aujourd’hui, les hôpitaux et les centres de santé ne peuvent plus être considérés comme des lieux en sécurité parce qu’ils sont régulièrement bombardés, contrairement à ce qu’exige le doit humanitaire. Le père Frédéric Fornos, directeur international du Réseau Mondial de Prière du Pape, rappelle que dans les conflits armés, les civils sont les principales victimes. C’est pour cette raison que « le personnel de santé en zones de guerre est essentiel », estime-t-il. « Ils sauvent des vies et ils soulagent la souffrance dans des conditions dangereuses ».

Lire aussi : Ce médecin est considéré comme un vrai saint au Soudan

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]