Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!
Aleteia

Brexit : les chrétiens anglicans prient pour la sortie de l’impasse

Canterbury cathedral
By Valery Egorov | Shutterstock
La Cathédrale anglicane de Canterbury.
Partager

Alors que les députés ont rejeté l’accord concernant le Brexit pour la troisième fois ce vendredi le 29 mars, les chrétiens britanniques ont participé tout le week end à des prières organisées par l’Église anglicane afin de sortir de ce chaos inédit.

C’est le vendredi 29 mars que le Royaume-Uni était censé quitter l’Union européenne. Mais les députés ont décidé autrement en rejetant trois fois l’accord de Brexit négocié par la Première ministre Theresa May. Face à cette impasse politique sans précédent les anglicans ont prié ce week-end un peu partout dans le pays pour sortir de ce chaos — malgré tout — unis.

En effet, Mgr Justin Welby, l’archevêque de Canterbury et chef spirituel de l’Église d’Angleterre avait invité le 27 mars à cinq jours de prières pour surmonter les divisions que traversent le pays, notamment au sein de la communauté même des croyants britanniques. Ces derniers ont voté autant pour partir que pour rester dans l’Union européenne.

Mgr Justin Welby a appelé à une prière nationale pour « réunir le pays et aider à la réconciliation » a expliqué au micro de RCF Alan Morley Fletcher, un des collaborateurs de l’archevêque de Canterbury.

 « Il est facile de critiquer les députés. Mais ils décident pour nous et ils méritent du respect. Prions pour eux et pour une décision bénéficiant d’un large soutien et qui aboutisse à un accord national » incité Mgr Welby sur Twitter.

Près de trois ans après le référendum de juin 2016, où le leave l’a emporté à 52 %, la confusion et l’amertume dominent la population tant du côté des eurosceptiques, frustrés de ne pas voir leur pays quitter l’UE, que des europhiles qui voudraient voir le Royaume-Uni revenir sur sa décision. Un récent sondage a révélé qu’environ quatre Britanniques sur dix se sentent démunis, en colère ou inquiets face au Brexit, révélant l’impact de la crise sur le moral de la population.

Pour Alan Morley Fletcher dans ce contexte de crise, l’Église doit prendre une seule position : « pour qu’après le Brexit, le pays retrouve l’union entre les différents points de vue et différents camps politiques ».