Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

À l’approche des élections européennes, l’Église se mobilise

parlement européen drapeaux
© De Hadrian - Shutterstock
Le Parlement européen.
Partager

Alors que les électeurs européens sont appelés aux urnes du 23 au 26 mai, l’Église catholique invite chaque citoyen à réfléchir aux enjeux du scrutin. « Il ne s’agit pas de s’enfermer dans un schéma manichéen (pour ou contre l’Europe) mais de dire quelle Europe nous voulons, le modèle économique, social, culturel et spirituel qui nous semble le plus adapté pour notre continent aujourd’hui », détaillent les évêques de France.

Dans deux mois jour pour jour, le 26 mai 2019, les Français iront voter pour élire leurs représentants au Parlement européen. À cette occasion, les évêques de France se sont exprimés afin « d’inviter les catholiques, et au-delà l’ensemble des citoyens, à participer aux élections des députés au parlement européen et à s’exprimer, non d’abord sur des enjeux nationaux, mais en fonction des projets portés par les différentes listes qui se présenteront au suffrage des électeurs ».

L’Europe, une histoire difficile et complexe

« Il ne s’agit pas de s’enfermer dans un schéma manichéen (pour ou contre l’Europe) », précisent-ils, « mais de dire quelle Europe nous voulons, le modèle économique, social, culturel et spirituel qui nous semble le plus adapté pour notre continent aujourd’hui ». « L’Europe est un continent marqué par son histoire, douloureuse et conflictuelle. Pas moins de trois guerres franco-allemandes en moins d’un siècle, deux guerres mondiales y ont été déclenchées, les totalitarismes du XXe siècle y sont nés. L’Église catholique a toujours été attentive à cette consolidation de la paix dans la construction européenne », rappellent-ils à juste titre. « Cette histoire difficile et complexe a aussi permis de progresser en Europe vers une vision de l’homme et de la société qui comporte un grand nombre de valeurs et de principes communs entre nos pays (droits humains, respect de la personne, solidarité et recherche d’un bien commun), dont beaucoup sont issus du christianisme. »

Lire aussi : Les monastères d’Europe, témoins de l’invisible

« Personne et communauté sont donc les fondements de l’Europe que, en tant que chrétiens nous voulons et pouvons contribuer à construire. Les pierres de cet édifice s’appellent : dialogue, inclusion, solidarité, développement et paix », avait ainsi rappelé le pape François en 2017 dans un discours lors du colloque « Repenser l’Europe » qui s’était tenu à Rome. Clin d’œil du calendrier, le souverain pontife a été reçu ce 26 mars au Capitole par la maire de Rome dans la salle de l’Horloge, pièce dans laquelle a été signé le 25 mars 1957 le traité fondateur de ce qui est désormais l′Union européenne. Le pape François a profité de cette rencontre pour offrir aux élus un recueil de ses discours sur l’Europe.

Jean Monnet, Konrad Adenauer... Qui sont les Pères de l’Europe ?
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]