Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pour Emmanuel Macron, la laïcité c’est « 1905, rien que 1905 »

MACRON PHILIPPE
Yoan VALAT I POOL I AFP
Emmanuel Macron.
Partager

« Je ne souhaite pas qu’on change la loi de 1905 », a affirmé Emmanuel Macron ce 18 mars lors d’un échange d’une durée de plus de huit heures avec une soixantaine d’intellectuels de tous horizons.

C’est l’une des premières fois qu’Emmanuel Macron détaille autant sa vision de la laïcité. « La laïcité est un principe de la République qui assure la liberté de chacun et la protège. Elle permet donc à chacun de croire ou de ne pas croire et de le faire librement », a affirmé le président de la République devant quelque 64 intellectuels rassemblés ce 18 mars pour 8 heures de débat.

 

Alors qu’il a consacré une quinzaine de minutes à ce sujet, Emmanuel Macron a souligné : « Je ne souhaite pas qu’on change la loi de 1905 et ce qu’elle représente et ce qu’elle permet de préserver ». Pour mémoire, le gouvernement avait lancé ce chantier sensible à l’automne mais a décidé de marquer une pause prudente face aux réactions : la révision de la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État censée mieux encadrer le culte musulman a été repoussée à « après l’été », a affirmé François Clavairoly, président de la Fédération protestante, confirmant une information de La Croix.

« Je n’en ai jamais fait une interprétation qui me semble aller au-delà de ce que ses pères, j’allais dire “spirituels”, lui ont apporté. Une fois qu’on a dit cela, je ne demande à personne en République de croire modérément ou pas. Cela ne m’intéresse pas. Je veux que chacun puisse croire ou ne pas croire librement. Que dans le cadre de sa foi, ça puisse être aussi absolu qu’il ait besoin de la vivre. Mais je demande au même citoyen de respecter absolument toutes les règles de la République », a-t-il détaillé. À titre d’exemple il a ainsi déclaré : « Ma question n’est pas de savoir si c’est bien ou mal qu’une jeune fille soit voilée dans la rue. Ma question est de savoir si elle est libre ou non de le faire ». Enfin, pour expliquer les passions que soulève la laïcité, Emmanuel Macron a évoqué des « peurs qui ne sont pas directement liées à ce principe ». « On y met la peur de l’immigration, parfois la peur de l’autre tout court et la volonté d’imposer un modèle qu’on verrait comme dominant par rapport à un autre ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]