Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Qui étaient les parents de saint Joseph?

SAINT JOSEPH
Partager

Les parents du père adoptif de Jésus ont élevé un "homme juste", qui a par la suite veillé sur le Sauveur du monde.

Alors que la tradition de l’Église identifie bien les parents de la Vierge Marie, sainte Anne et saint Joachim, nous savons peu de choses sur les parents de saint Joseph, le père adoptif de Jésus. Quelle en est la raison ?

Comme c’est aussi le cas pour sainte Anne et saint Joachim, très peu de détails nous ont été transmis sur les parents de saint Joseph. Nous connaissons avec certitude le père de saint Joseph grâces aux Évangiles, même si cela peut nous paraître un peu confus au premier regard. Dans l’Évangile selon saint Matthieu, saint Joseph est présenté comme le fils de « Jacob » (Mt 1,16). En revanche, dans l’Évangile selon saint Luc, son père est identifié comme « Éli » (Lc 3,23). Saint Matthieu et saint Luc, auraient-ils des informations divergentes ? L’apologiste américain Jimmy Akin propose une explication plausible, acceptée par de nombreux théologiens.

L’historien du IIe siècle, Julius Africanus, originaire d’Israël, retranscrit les renseignements rapportés par la famille du Christ, vivant encore à son époque. Selon la généalogie de Jésus-Christ, le grand-père de Joseph, Matthan (mentionné dans l’Évangile selon saint Matthieu), épousa une femme nommée Estha, qui engendra Jacob. Après la mort de Matthan, Estha épousa un membre de la famille appelé Melchi (mentionné dans l’Évangile selon saint Luc) qui engendra Éli (épouser des membres de la famille était courant chez les Juifs à cette époque). Jacob et Éli étaient donc demi-frères. Éli mourut sans enfant. Jacob épousa la veuve d’Éli et engendra Joseph, qui était biologiquement le fils de Jacob mais légalement le fils d’Éli (Eusebius, Ecclesiastical History 1:6:7).

L’adoption était habituelle dans la culture juive. Elle affectait directement la lignée généalogique. Ainsi, même si une personne pouvait naître dans une lignée spécifique, lorsqu’elle était adoptée, elle rejoignait également la nouvelle lignée. De plus, comme l’explique Jimmy Akin, « l’adoption pouvait avoir lieu à titre posthume ». Cela signifie que « si un homme mourait sans enfant, il était du devoir de son frère d’épouser la femme veuve et de donner un fils au nom de son frère. Ce fils serait alors “adopté” à titre posthume par le défunt et considéré comme son fils dans la généalogie familiale. »  Il était alors largement admis que Jacob était le premier père de Joseph et celui qui l’a élevé au rang « d’homme juste ».

En ce qui concerne la mère de saint Joseph, il n’y a quasiment aucune information, même dans les traditions les plus reculées. Une mystique du XVIIIe siècle, appelée Mère Cecilia Baij, affirme que sa mère s’appelait « Rachel ». Il est possible que cela soit vrai, étant donné que Rachel était un nom commun à l’époque. Mais cela semble également relier Joseph au premier « Joseph » de l’Ancien Testament, dont les parents étaient Jacob (Israël) et Rachel (Genèse 35). Dans tous les cas, les visions de Mère Cecilia Baij sont considérées comme des « révélations privées » et ne sont pas authentifiées par l’Église catholique. Quels que soient les parents de saint Joseph, ils ont élevé un homme vertueux qui a joué un rôle déterminant dans l’histoire du Salut et qui a été un père adoptif digne de notre Seigneur Jésus-Christ.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]