Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

États-Unis : il fuit Boko Aram avec ses parents et devient champion d’échecs à 8 ans

Jeu d'échecs.
Partager

Âgé de 8 ans, ce jeune garçon vient de remporter le concours d'échecs de New York. Sa victoire et son histoire personnelle font de lui la nouvelle coqueluche des journaux américains.

À 8 ans, il est déjà célèbre. Ira-t-il aussi loin qu’un Fischer ou un Kasparov ? Tanitoluwa Adewumi est déjà connu outre-Atlantique. Il vient en effet de remporter le championnat d’échecs pour enfants de New York. Et ce qui est peu ordinaire dans son histoire, c’est que le garçonnet est un réfugié nigérian dont l’avenir était jusque-là incertain. Sa famille a fui les attaques terroristes de Boko Haram en 2017. Chrétiens, ils sont arrivés à New York l’an passé. Leur demande d’asile n’ayant pas encore été acceptée, ils vivent dans des conditions précaires dans un refuge pour sans-abri de Manhattan.

Une situation familiale compliquée qui n’a pas empêché Tani de damer le pion à des concurrents issus de familles bien plus favorisées que la sienne.

« Je n’ai jamais rien vu de tel »

Cela fait un an seulement qu’il a appris à jouer aux échecs, une discipline qu’il a découverte à l’école. Mois après mois, sa technique s’est affinée et améliorée. Aujourd’hui, il s’entraîne tous les soirs sur l’ordinateur portable de son père et joue chaque samedi durant trois ou quatre heures dans un club gratuit de Harlem. Russel Makofsky, directeur des cours d’échecs auxquels a participé le jeune prodige, n’en revient toujours pas. « Un an pour atteindre ce niveau et être le meilleur des meilleurs sans ressources familiales, je n’ai jamais rien vu de tel », a-t-il déclaré au New York Times. Une cagnotte a été créée pour aider Tani et sa famille, tandis que le nouveau héros du pays de l’oncle Sam se prépare pour les championnats nationaux qui auront lieu en mai prochain. On espère bien qu’il fera échec et mat.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]