Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Plus de 700 églises régularisées en Égypte

Partager

Le gouvernement égyptien a officiellement autorisé début mars l’usage par les fidèles Coptes de 783 églises existantes. Un événement qui illustre l’avancée du processus de légalisation des lieux de cultes chrétiens entamé depuis une loi de 2016.

C’est un premier pas concret pour mettre fin à un imbroglio juridico-administratif qui dure depuis des décennies. Le Conseil des ministres égyptien a officiellement régularisé le 5 mars dernier l’usage de 783 sanctuaires coptes déjà existants. L’aboutissement d’un processus entamé en août 2016 avec l’entrée en vigueur d’une loi assouplissant la construction des édifices de culte chrétiens en Égypte.

Auparavant, la construction d’églises était soumise à un régime d’autorisation draconien, encadré par de nombreuses conditions difficiles à satisfaire, parmi lesquelles une distance à respecter vis-à-vis des écoles, des édifices publics ou encore des zones résidentielles. Les permis devaient être demandés non seulement auprès de la sécurité nationale, mais aussi auprès de nombreuses administrations publiques dont un site se trouvait à proximité. C’est ainsi que des autorisations devaient être demandées aux autorités des chemins de fer ici ou à celui de l’irrigation là. Une multiplication des procédures à comparer avec le fait qu’un particulier pouvait faire bâtir une mosquée sur simple autorisation du Ministère des cultes. La lenteur et la complexité du processus a en réalité conduit à la construction spontanée de très nombreuses églises au cours des dernières décennies, servant de prétexte aux groupes islamistes pour commettre toutes sortes de violences antichrétiennes.

Désormais, les églises sont soumises au contrôle d’une Commission gouvernementale constituée ad hoc et en particulier celles construites avant 2016. Cette Commission vérifie si les églises et lieux de prière chrétiens construits sans permis respectent les standards établis par la nouvelle loi. Ce qui pourrait entraîner la régularisation d’autres lieux de cultes chrétiens en Égypte.