Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Fin de congé maternité : cinq conseils pour bien préparer la séparation avec son bébé

FAMILY
Shutterstock
Partager

Ces derniers mois, vous avez passé tout votre temps avec votre nouveau-né. Un face à face exclusif... L’heure du retour au travail a sonné. La séparation qui approche vous angoisse et vous semble compliquée. Voici des témoignages et conseils pour mieux la préparer votre retour au boulot.

Votre bébé a quelques semaines ou quelques mois et le congé maternité touche bientôt à sa fin. Vous êtes probablement impatiente de reprendre une vie sociale mais surtout angoissée à l’idée « d’abandonner » votre enfant. Cependant, si on évite certains âges « délicats » où une séparation est plus difficile et si cette dernière se prépare tout en douceur, votre bébé s’adaptera sans aucun doute à sa nouvelle étape de vie. « En réalité, c’est la mère qui en souffre le plus, pas le bébé. Si la préparation est bien organisée et s’effectue en toute confiance, le bébé ira très bien. À condition, bien sûr, que sa mère assume sereinement son choix », explique à Aleteia Joëlle Lacau Saint Guily, psychologue de l’enfance.

La culpabilité maternelle existe. Après un face-à-face fusionnel, il est difficile pour une mère de confier son bébé à une tierce personne et se dire : « Je ne suis plus la personne de référence pour mon bébé ». Elle se sent « dépossédée de son bébé et du temps passé avec lui. Et c’est d’autant plus déchirant que la mère a souvent l’impression de vivre une deuxième séparation, après celle de l’accouchement », comme le souligne Joëlle Lacau Saint Guily. Pour préparer tout en douceur votre séparation au moment du retour au travail, voici quelques conseils d’experts ainsi que des témoignages de mamans qui ne manquent pas de bon sens :

Des âges plus faciles que d’autres

Entre 3 et 6 mois, l’enfant ne sait pas distinctement ce qui se passe. Après avoir progressivement diminué l’allaitement (il faut compter environs un mois), on peut confier son bébé sans inquiétude, à condition de se sentir en confiance et heureuse de reprendre une vie sociale. À 7 ou 8 mois, le bébé prend conscience de son environnement habituel et distingue très nettement les personnes familières des inconnus dont il a peur. C’est la phase de la peur de l’inconnu. Il est alors plus compliqué de s’en séparer sereinement. Puis, vers un an, l’enfant commence à marcher et à être plus autonome. Il sera capable de mieux accepter l’éloignement de sa mère car lui-même peut l’expérimenter à sa guise.

« Étant maîtresse, j’ai pu rajouter mes vacances à mon congé maternité ce qui a été bien pratique pour l’allaitement (…) Ensuite, j’ai tenté de continuer en tirant mon lait le midi mais sans grand succès. Il a fallu trouver une solution d’urgence pour que mon bébé mange malgré mon absence. L’OMS recommande un allaitement de 6 mois mais notre société actuelle ne nous permet pas de le faire correctement ». (Christel, mère d’un bébé de 11 mois)

BREASTFEEDING
Shutterstock

Choisir le mode de garde de confiance

Il y a différents modes de garde : les crèches, les nounous, les assistantes maternelles, les gardes partagées. Chaque famille peut trouver un mode de garde qui lui convient. « La clé de voûte dans ce choix, c’est la confiance. Il faut trouver à la fois un lien de confiance et la personne de confiance », souligne Joëlle Lacau Saint Guily. Ne rien exclure à l’avance. Par exemple, pour le premier enfant, la crèche peut être très bénéfique. Il aura l’occasion d’être confronté à une réalité de vie collective, il apprendra alors à affirmer sa place comme dans une fratrie. L’essentiel est de prendre le temps pour réfléchir et faire mûrir votre choix définitif en sachant que la confiance est la clé du succès.

« Une amie m’a conseillée une crèche alors que j’étais partie plutôt sur le choix d’une garde partagée. Il y a eu une période d’adaptation, ce qui nous a permis de nous habituer peu à peu, en passant du temps l’un sans l’autre. Finalement je suis très heureuse de voir mon bébé bien vivre sa première expérience sociale ! » (Charlotte, mère d’un bébé de 7 mois)

Se séparer progressivement de votre bébé

Pour une mère qui, jusqu’à présent, ne s’est jamais séparée de son bébé, il est très important de faire des essais, « d’expérimenter la vie à distance pour bien préparer cette rupture à la fois physique et psychique. Et surtout ne pas attendre le jour “J” pour le faire ! », conseille la psychologue. Pourquoi ne pas confier votre enfant une heure ou deux à une amie ou une autre personne de confiance ? De cette façon, la vraie séparation sera plus facile le moment venu, et vous aurez moins de mal à supporter le manque de votre enfant.

« Notre nounou est une personne de confiance. Elle connaît donc bien notre famille… Je ne redoute pas de lui laisser mon enfant. J’essaie de bien lui expliquer ce qui va se passer le lendemain, et je lui fais un câlin dès les retrouvailles… » (Marie, mère de trois enfants et d’un bébé de 4 mois)

Partager son chagrin avec son bébé

Le matin, en confiant votre enfant à une tierce personne, vous aurez sûrement un coup de chagrin. C’est normal. N’hésitez pas à en parler avec votre bébé, avec votre mari, comme avec vos amies. Il est normal de se sentir déchirée, triste, dépossédée. Mais ce n’est pas la peine de se laisser abattre… Pensez à la fin de la journée et à la joie de retrouver votre bébé qui vous fera un grand sourire. « Il faut instaurer dès le départ un vrai dialogue avec la personne qui s’occupe du bébé. Pour que la mère puisse vivre indirectement la journée de son bébé, elle doit avoir les témoignages systématiques de la nounou afin que le fil de vie de son enfant ne se rompe pas. Dialoguer à trois, c’est à dire en présence du bébé, est essentiel pour créer le lien de confiance et mettre des mots sur la vie du bébé passée en dehors de sa famille », conseille Joëlle Lacau Saint Guily.

« J’ai 4 enfants et je travaille à plein temps. La séparation après le premier enfant a clairement été la plus dure. Il ne faut pas hésiter à en parler avec le bébé, à lui expliquer sa tristesse ou ses difficultés à le quitter. Il faut le rassurer en lui disant que tout ira bien et que même si maman est loin de lui, elle pense à lui. C’est ce qui m’a tranquillisée et permis de reprendre sereinement un mode de garde qui me permettait de laisser mon enfant en pleine confiance. » (Anne-Charlotte, mère de quatre enfants)

Mother and Child
Shutterstock

Être routinier avec votre bébé

Maintenant que vous ne vivez plus en tête à tête avec votre bébé, le temps passé ensemble sera encore plus précieux. Rester séparés pendant la journée n’est pas facile, mais cela vous permet de vous réjouir encore plus des moments que vous lui consacrez. Pensez à toutes les choses que vous avez prévu de faire le soir ou pendant le week-end. Célébrez-les sans pour autant casser le rythme de vie de votre bout de chou. « Le bébé repère très vite les horaires et s’habitue ainsi au temps de séparation et au temps de retrouvailles. Il est de nature routinier, il n’aime pas l’imprévu », souligne notre psychologue. Alors, si vous avez d’un coup un après-midi libre à passer avec lui, tâchez tout de même de respecter ses petites habitudes !

« J’ai la chance de pouvoir m’occuper de mon bébé tous les mercredis et les samedis, ce qui allège un peu la déchirure de partir et le laisser tous les matins… » (Christel, mère d’un bébé de 11 mois)

Retrouver une vie de couple épanouie

Les premiers mois avec le bébé ne sont pas toujours faciles pour le père de l’enfant. « Il peut se sentir exclu de ce face-à-face fusionnel entre la mère et son bébé. Avec le retour au travail et la séparation de la mère avec le bébé, c’est le bon moment de retrouver à deux une vie de couple. Cette séparation peut être finalement très féconde pour le couple. Notamment dans le domaine d’une vie intime à nouveau épanouie », affirme Joëlle Lacau Saint Guily.

« C’est au moment du retour au travail que je me suis rendue compte à quel point j’ai vécu dans une sorte de bulle avec mon bébé. Retrouver une vie sociale — des dîners avec des amis, quelques séances de cinéma à deux — cela nous a permis de nous retrouver ». (Charlotte, mère d’un bébé de 7 mois)

En images : des idées de cadeaux pour un baptême
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]