Aleteia
Jeudi 22 octobre |
Saint Jean-Paul II
Spiritualité

Avec sainte Françoise Romaine, la sainteté dans les petites choses

Yulia Grigoryeva | Shutterstock

Mère avec son enfant.

Rachel Molinatti - Publié le 08/03/19

Cette sainte qui a vécu dans l'Italie du XVe siècle a réussi à vivre la sainteté à travers des événements qu'elle n'avait pas choisis. Sa vie peut être source d'inspiration.

Fêtée le 9 mars dans l’Église catholique, sainte Françoise Romaine souhaitait devenir religieuse, et pourtant elle a été mariée contre son gré à l’âge de 13 ans. Et même si elle était toute entière donnée à Dieu au fond d’elle-même, cela ne l’empêchait pas d’être au service de sa famille. C’est d’ailleurs pour son dévouement de mère et d’épouse qu’elle est connue. « Dieu ne l’avait pas choisie afin qu’elle devint sainte pour elle-même seulement, mais pour qu’elle fît servir les dons que Dieu lui avait accordés au salut spirituel et corporel de son prochain. Il lui suffisait de peu de mots pour réconforter les cœurs attristés et souffrants, apaiser les inquiets, calmer les emportés, réconcilier les ennemis, éteindre les haines invétérées et les rancunes », disait d’elle l’un de ses contemporains.




Lire aussi :
« La sainteté est ce chemin que nous n’avions pas prévu »

La sainteté n’est pas une projection

Cette parole montre que la sainteté est au rendez-vous dans les petits événements de la vie quotidienne tels qu’une parole réconfortante, un geste de tendresse, un sourire d’encouragement. Quand son mariage a été arrangé, la jeune Françoise était inconsolable. Or, c’est bien par cette union qu’elle a pu aimer et éduquer ses enfants, servir les malades et les prisonniers… bref, être en lien avec Dieu de façon incarnée. On peut avoir tendance à projeter une sainteté idéale : « Si je gagnais un meilleur salaire, si je n’avais pas cet ennui de santé, si mon conjoint était plus compréhensif, alors je pourrais y songer ». Or, c’est tout le contraire : loin d’être une projection, une idole ou un rêve inaccessible, la sainteté attend chacun là où il est, jour après jour. Dieu nous demande simplement d’exercer nos talents et de les mettre au service de nos contemporains.


VENERABLE ANNE DE GUIGNE

Lire aussi :
Ces saints qui nous ressemblent

En images : ces noms de saints qui sont devenus des prénoms
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
quotidiensainteté
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Domitille Farret d'Astiès
Une famille missionnaire sur le plateau de "L...
WEB2-SAMUEL PATY-AFP-000_8TB6FJ.jpg
Agnès Pinard Legry
Professeur décapité : des intentions de prièr...
Domitille Farret d'Astiès
"La France a un incroyable talent" : une fami...
Edifa
Connaissez-vous vraiment toutes les missions ...
Louise Alméras
Diacre et premier préfet handicapé de France,...
Freira renova votos religiosos de manhã e morre à noite
La rédaction d'Aleteia
Kenya : sœur Caroline renouvelle ses vœux le ...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement