Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Comment un cardinal démissionne-t-il ?

catholic cardinal
© De Antonio Gravante - Shutterstock
Partager

Suite à sa condamnation en première instance pour non-dénonciation d'abus sexuels sur mineurs, le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, a annoncé sa décision de remettre sa démission au pape François. Mais concrètement, comment cela se passe-t-il ?

Nommés par le souverain pontife, successeur du premier des Apôtres, les évêques ne sont responsables que devant lui. Ainsi, seul un pape peut accepter la démission d’un évêque. Dans la très grande majorité des cas, cela se fait par courrier, au moment du 75e anniversaire du prélat. Il s’agit en effet de l’âge de retraite canonique, auquel les évêques sont tenus de présenter leur démission. Le chef de l’Église catholique est alors libre de l’accepter ou non.

Dans la pratique, l’évêque adresse sa lettre au nonce apostolique de son pays, lequel la transmet à la Secrétairerie d’Etat du Saint-Siège qui à son tour fait suivre le courrier à la Congrégation pour les évêques. Le plus souvent, c’est cette dernière qui statue sur la suite à donner à la démission. Son avis est ensuite transmis au pape pour signature.

Le précédent du cardinal Wuerl

Toutefois, la limite d’âge n’est pas la seule condition prévue pour la démission d’un évêque. Selon le Code de droit canon, « l’évêque diocésain qui, pour une raison de santé ou pour toute autre cause grave, ne pourrait plus remplir convenablement son office, est instamment prié de présenter la renonciation à cet office » (article 401). Le cardinal Barbarin, âgé de 68 ans, relève donc de ce cas.

Normalement, la voie est la même que pour les départ à la retraite. Toutefois, le primat des Gaules a indiqué qu’il se rendrait à Rome pour rencontrer le pape François et lui remettre sa démission. La décision devrait ainsi être prise en tête-à-tête, mais il est peu probable que le chef de l’Église catholique ne l’accepte pas. En octobre dernier, il avait ainsi accepté la démission du cardinal Daniel Wuerl, alors archevêque de Washington. Si ce haut prélat n’a pas été condamné par la justice, lui est également reprochée sa gestion des abus commis par des membres du clergé.

Nouvel archevêque ou administrateur apostolique ?

Il est peu probable qu’un nouvel archevêque soit immédiatement nommé à Lyon. Il s’agit en effet d’une procédure longue et complexe dans laquelle le nonce joue un rôle essentiel. Or, le représentant du Pape en France, Mgr Luigi Ventura, fait lui-même l’objet d’une enquête pour agression sexuelle. Un administrateur apostolique pourrait donc être nommé pour gérer les affaires courantes de l’archidiocèse lyonnais en attendant la nomination d’un nouvel évêque. Par ailleurs, le diocèse dispose également de deux évêques auxiliaires, Mgr Patrick Le Gal et Mgr Emmanuel Gobilliard.

Si le pape François accepte la démission du cardinal Barbarin, celui-ci portera le titre d’archevêque émérite de Lyon. Le Code de droit canon stipule que, s’il le souhaite, l’évêque démissionnaire peut conserver sa résidence dans son ancien diocèse. « La conférence des évêques, est-il précisé doit veiller à assurer un entretien convenable et digne à l’évêque démissionnaire, en considérant cependant que l’obligation en incombe en premier lieu au diocèse qu’il a servi » (article 402).

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]