Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Mercredi 02 décembre |
Sainte Bibiane
home iconTribunes
line break icon

« Fake news » : le retour en grâce de la Vérité

© De Seasontime | Shutterstock

Image d'illustration.

Jean-Michel Castaing - Publié le 03/03/19

La puissance des réseaux sociaux à colporter de fausses informations a réhabilité la notion de « Vérité », naguère diabolisée comme instrument d’oppression de « l’ordre moral ». Jusqu’où ira cette conversion ?

Pendant longtemps, la notion de vérité n’a pas été en odeur de sainteté parmi l’intelligentsia progressiste. Le Vrai était soupçonné de porter la vision du monde des classes dominantes (ou du sexe dominant), et cela dans le but de justifier cette domination.

Le Vrai soupçonné d’être au service des dominants

D’après la vulgate marxiste, la culture n’était que le reflet, dans les esprits, de structures matérielles d’oppression. La « vérité » constituait la caution intellectuelle de la suprématie de la classe dominante. Par exemple, la prétention à l’universalité des vérités énoncées par la culture occidentale, servait en fait de camouflage et de justification à son entreprise de colonisation.


Phare; nuit

Lire aussi :
La vérité, cette notion priée de s’effacer au profit de l’opinion

Autre cas de figure : toute tentative d’analyse des rapports entre les sexes était accusée de véhiculer des « stéréotypes » visant à maintenir la femme dans une position d’infériorité. Dans ce domaine également, la moindre tentative d’énoncer une « vérité » était d’emblée disqualifiée comme la légitimation du pouvoir de l’homme sur la femme. Ce que l’on présentait comme un état de fait « naturel » était tenu pour le produit de l’histoire de l’asservissement progressif de la femme.

Un domaine mobilisait particulièrement l’attention des « déconstructeurs » : la religion. Selon eux, la « vérité » était l’apanage de la confession dominante, le « faux » étant, quant à lui, le lot des hétérodoxes proscrits des palais somptueux de l’Orthodoxie…


KIDS,OVERLOOK,CITY

Lire aussi :
Comment se poursuit l’expansion de la théorie du genre à l’école

La vérité introuvable

C’est ainsi qu’il devenait impossible d’énoncer la moindre thèse qui pût s’apparenter à une « vérité ». À celui qui était assez téméraire pour prétendre dire le Vrai, on rétorquait qu’il était soit le laquais de ses maîtres phallocrates ou impérialistes, soit, au mieux, le jouet des superstructures par lesquelles ce qui était le résultat d’un devenir historique essayait de se faire passer pour naturel et éternel. N’étaient dupes de la « vérité » que les fils de Platon qui croyaient de bonne foi que la culture de la classe sociale dominante à un certain moment de l’histoire, était le reflet de réalités éternelles, ayant toujours existé.
Pour les tenants de la Déconstruction (Deleuze, Foucault et leurs sectateurs), la « réalité », à proprement parler, n’existe pas. Seul transparaît à notre conscience la façon dont l’esprit l’appréhende. Et cette appréhension est souvent orientée en fonction de rapports de forces. L’aphorisme de Nietzsche tenait lieu de profession de foi : « Il n’y a pas de faits, il n’y a que des interprétations. » Dans ces conditions, chercher la vérité relevait d’une duperie. Le « vrai » était tenu pour le reflet d’une situation fluctuante et incertaine où des forces antagonistes se combattent.




Lire aussi :
« Demeure » de Bellamy, un véritable succès en librairie

Le tournant de l’élection de Trump

Ainsi a raisonné pendant longtemps le progressisme. La vérité était laissée aux soins de ceux qui étaient assez naïfs pour y croire. Le camp du Progrès, de son côté, s’occupait de démasquer les rapports de dominations qui se cachaient sous les mythes que les premiers tenaient pour des vérités éternelles. Or, on assiste à un retour en grâce du Vrai dans la sphère progressiste. À quoi est dû ce retournement idéologique ?

C’est la puissance des réseaux sociaux à colporter de fausses informations, ce que l’on traduit en anglais par fake news, qui explique ce revirement à 180°. Les intellectuels se sont soudain aperçus que le mensonge, et l’invention de fictions qui se faisaient passer pour des vérités, étaient des réalités, et qu’elles pouvaient avoir un impact considérable sur la marche du monde ! Les contempteurs de toutes les oppressions découvraient soudain la lune !

Mais ils n’auraient pas réagi avec tant de virulence contre ces fake news si ces dernières n’avaient pas contribué, selon eux, à l’élection de Donald Trump, leur ennemi juré ! Soudain, le Vrai rentrait en grâce. Le « faux » n’était plus la « vérité », non consacrée par la culture dominante, des opprimés. Le faux était maintenant une « post-vérité », nocive et manipulatrice. La vérité retrouvait droit de cité sur les campus, après avoir été tenue longtemps en lisières par les gardiens du temple de la Déconstruction !

Conversion à la vérité

Les émules de Derrida, Foucault et consorts, qui considéraient jadis que la vérité servait de paravent à des rapports de domination, sont-ils les mieux qualifiés pour dénoncer le torrent de fausses informations qui dévale chaque jour des sommets d’Internet ? La prudence est de mise dans cette affaire : il semble que ce soit l’inversion du rapport de force qui explique que le progressisme regarde maintenant la vérité avec les yeux de Chimène.

Mais quelle « vérité » veut promouvoir le camp du Progrès, pour lequel elle n’a représenté jusqu’à maintenant qu’un mythe ? L’avenir le dira. Cependant, misons sur la force révélatrice de l’histoire, et parions qu’il n’est jamais trop tard pour se convertir à la vérité, tout au moins à la croyance qu’il en existe objectivement une.




Lire aussi :
Saint Augustin, première victime des « fake news »

Tags:
informationreseaux sociauxverite
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
CATHEDRALE NOTRE DAME DE PARIS
Caroline Becker
Découvrez l'intérieur de Notre-Dame de Paris,...
Mgr Marc Aillet
Reprise des messes : César n’est pas Dieu
Soizic et Marin de Vasselot
Claire de Campeau
Le Fournil Bethléem : la reconversion d'un co...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement