Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Carême : « 40 jours vers l’Essentiel avec Bilbo le Hobbit »

"Le Hobbit : un voyage inattendu" est un film réalisé par Peter Jackson et sorti en 2012.
Partager

Pour vivre le Carême comme une aventure, le sanctuaire de Paray-le-Monial s’est inspiré du héros de Tolkien : « Bilbo le Hobbit ». Sous forme numérique ou papier, le parcours : « 40 jours (d’aventures !) vers l’Essentiel » propose d’avancer vers Pâques jour après jour en trouvant un compagnon de route, voisin, ami ou collègue.

Que vient faire Bilbo dans ce carême ? À première vue, rien ne rapproche cette créature de petite taille, née de l’imagination de Tolkien, d’une personne en chemin spirituel jusqu’à Pâques. Mais Tolkien est un auteur catholique. Il disait de son œuvre qu’elle était « fondamentalement religieuse et catholique ; de manière inconsciente dans un premier temps, puis de manière consciente lorsque je l’ai retravaillée. » À y regarder de plus près, la vie d’un hobbit aspirant à la tranquillité dans sa chère maison pourrait bien ressembler à celle d’une personne attachée à son confort et à ses petites habitudes.

Bilbo, un héro malgré lui

Le père Benoît Guedas, recteur du sanctuaire de Paray-le-Monial, avec deux couples de laïcs, s’est donc inspiré du Hobbit pour bâtir un parcours de carême accessible à tous, chrétiens ou pas. Ce héros malgré lui est entraîné par le magicien Gandalf vers la Montagne Solitaire à la recherche d’un trésor gardé par le méchant dragon Smaug. Comme lui, pendant quatre semaines, nous sommes invités à « avoir une aventure et nous trouver dire et faire des choses inattendues », pour paraphraser Tolkien.

Première étape : trouver un compagnon. Bilbo ne part pas seul, nous non plus. « Trouvons autour de nous un voisin, un ami, un collègue. Pour Mardi Gras, invitons-le à manger des crêpes et proposons-lui le livret du parcours ou bien de s’inscrire pour recevoir les méditations par mail, explique Adeline Voizard, co-auteur du parcours. Le samedi, un temps de relecture de la semaine est prévu. Proposons-lui de le faire à deux et de partager nos expériences. »

Entre exercices spirituels et petits gestes d’attention à la Création

Ensuite, prenons la route. Chaque semaine, un extrait du Hobbit donne le thème : la joie, la gratitude, la confiance etc. Tous les jours, une série de questions nous est posée. Celles-ci sont destinées à revisiter notre vie quotidienne, notre place au cœur de la Création, nos choix, nos relations… Pas à pas, notre regard va s’ouvrir à l’émerveillement et à la contemplation, comme nous y invite le pape François dans l’encyclique Laudato Si’. Entre exercices spirituels et petits gestes d’attention à la Création, « nous allons bâtir “la civilisation de la rencontre”, selon l’expression de François », explique Adeline1. À la fin des aventures du Hobbit, écrit Tolkien, « il se peut qu’il y ait perdu le respect de ses voisins mais il y gagna… eh bien, vous verrez s’il y gagna quelque chose en fin de compte » ! Comme lui, nous ignorons dans quel état nous parviendrons à Pâques mais gageons qu’après cette route parcourue à deux, nous aurons gagné « quelque chose ».


[1] Adeline est aussi l’auteur avec son mari Alexis de Comment sauver la planète à domicile : l’art de vivre selon Laudato Si, éditions de l’Emmanuel.

Carême 2019 : 40 jours (d’aventures !) avec l’Essentiel !

Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]