Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 03 décembre |
Saint François-Xavier
home iconCulture
line break icon

Nouvelles révélations sur la toile de Caravage retrouvée dans un grenier

Caroline Becker - Publié le 28/02/19

Ce jeudi 28 février, le tableau retrouvé dans un grenier de Toulouse en 2014, et attribué à Caravage, a été présenté à Londres après deux ans de restauration. Il sera mis aux enchères le 27 juin prochain à la Halle aux grains, à Toulouse.

C’est une découverte qui avait secoué le monde de l’art il y a quelques années. En 2014, un tableau représentant Judith égorgeant Holopherne avait été retrouvé dans un grenier de Toulouse. Immédiatement, les plus grands experts ont considéré qu’il s’agissait certainement de la dernière grande œuvre du peintre italien Caravage, perdue il y a 400 ans mais dont la composition de l’œuvre est connue grâce à une copie réalisée par le peintre franco-flamand Louis Finson, aujourd’hui conservée à Naples.


TABLEAUX VIVANTS

Lire aussi :
Avec leurs corps, ils incarnent des tableaux de Caravage

Envoyée en restauration durant deux ans et après plusieurs mois d’études approfondies, la toile a enfin été présentée au grand public. Selon le conservateur du Metropolitan museum de New-York et d’autres experts, dont Eric Turquin sollicité par les propriétaires, la toile serait bien celle réalisée par Caravage en 1607. L’annonce a été faite à la galerie Colnaghi, l’une des plus vieilles de Londres. Cette conviction reste cependant tempérée par d’autres connaisseurs de l’œuvre du peintre qui attribuent le tableau à Louis Finson, connu pour avoir souvent copié Caravage.




Lire aussi :
Un tableau-reliquaire du XIVe siècle dormait dans un tiroir depuis 30 ans

La toile, actuellement exposée à l’hôtel des ventes Saint-Aubin, sera vendue aux enchères le 27 juin, à 18h, à la Halle aux Grains de Toulouse. On sait d’avance que l’œuvre ne rejoindra pas les collections françaises. Après l’avoir classée trésor national, empêchant sa vente à l’étranger jusqu’en novembre 2018, l’État français a laissé s’écouler le délai de 30 mois au cours duquel il pouvait l’acquérir. Les propriétaires ont donc fait une nouvelle demande d’obtention d’un certificat d’exportation, qui a été automatiquement accordé. Le manque de certitude sur l’authenticité — et le budget réduit des musées nationaux — explique certainement le refus de l’État de s’en porter acquéreur.

Ces héroïnes de l'Ancien Testament :
Tags:
ArtscaravagePatrimoinepeinture
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
La rédaction d'Aleteia
Le Conseil d'État somme le gouvernement de ré...
Mathilde de Robien
C’est aujourd’hui que débute la neuvaine nati...
WEB2-GENERAL-PIERRE DE VILLIERS-AFP-000_Z52AV.jpg
Agnès Pinard Legry
Général de Villiers : "Il faut être absorbeur...
Mgr Marc Aillet
Reprise des messes : César n’est pas Dieu
Aliénor Goudet
La demande très spéciale que la Vierge Marie ...
Domitille Farret d'Astiès
Olivier Giroud a une bonne nouvelle à annonce...
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement