Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Autriche : le Vendredi saint ne sera finalement pas un jour férié

Stephansdom, la cathédrale de la ville de Vienne (Autriche).
Partager

En Autriche, alors que le Vendredi saint était considéré comme un jour férié pour les membres de certaines Églises du pays, la remise en cause de cette règle a donné lieux à des discussions animées.

Depuis une semaine, la question du Vendredi saint agite l’Autriche. En effet, dans ce pays majoritairement catholique, le Vendredi saint, au cœur de la Semaine sainte, était traditionnellement considéré comme un jour férié pour les membres de certaines Églises du pays, les Églises protestantes des confessions d’Augsbourg et helvétique, l’Église vieille-catholique et Église évangélique méthodiste. Mais pas pour les autres communautés chrétiennes. Une réalité que la Cour de justice de l’Union Européenne (CJUE) a jugé discriminatoire le 22 janvier dernier.

Un « jour de congé personnel »

Devant l’obligation de proposer une nouvelle formule, la coalition entre conservateurs et extrême droite avait annoncé la semaine dernière que la journée de travail s’arrêterait désormais pour tous le Vendredi saint à 14h. Mais cette décision n’a finalement satisfait ni les évangéliques qui perdaient un jour férié complet, ni les autres protestants et la communauté catholique qui voyaient leur Vendredi saint réduit à peau de chagrin, ni le patronat à qui la mesure semblait trop coûteuse, ni les syndicats de salariés qui réclamaient un jour chômé complet. Bref, un véritable pataquès. Ce mardi, le gouvernement a finalement annoncé dans un communiqué la mise en place d' »un “jour de congé personnel” permettant à chacun la pratique de sa religion ». En réalité, il s’agit d’un jour de vacances que tout salarié pourra prendre le Vendredi saint s’il le souhaite et qui sera décompté de son stock de congés.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]