Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Overdoses, hospitalisations… Inquiétude autour du mauvais usage de certains antidouleurs

Jesse Moore
Partager

Quatre personnes meurent chaque semaine des suites d’une mauvaise utilisation des médicaments antidouleur opioïdes, révèle un récent rapport de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

Les chiffres sont alarmants. Le nombre de décès liés à la consommation d’opioïdes a augmenté de 1,3 à 3,2 décès pour un million d’habitants, entre 2000 et 2015, avec au moins 4 décès par semaine, révèle une récente étude de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). En parallèle, le nombre d’hospitalisations liées à la consommation d’antalgiques opioïdes obtenus sur prescription médicale a augmenté de 15 à 40 hospitalisations pour un million d’habitants entre 2000 et 2017. « Les opioïdes ont un intérêt majeur et incontestable dans la prise en charge de la douleur », rappelle l’ANSM. « Cependant, l’augmentation de la consommation des antalgiques opioïdes peut s’accompagner de complications graves ».

Mais quels sont les antalgiques opioïdes ? En France, il existe trois catégories d’antidouleurs. Les antalgiques de « pallier 1 » (paracétamol, aspirine, ibuprofène), dits antalgiques périphériques, sont accessibles sans ordonnances et sont utilisés en cas de douleur jugée faible ou modérée par un médecin. Les antalgiques de « pallier 2 » sont des opioïdes faibles (codéine, tramadol, poudre d’opium) et ne sont disponibles que sur ordonnance, à l’exception de certaines associations de la codéine. Ce type de substance agit au niveau du cerveau sur des récepteurs spécifiques responsables de l’abolissement de la douleur. Enfin, les antalgiques de « pallier 3 » (morphine, fentanyl, oxycodone) sont des opioïdes « forts » réservés à des douleurs intenses ou rebelles.

Un risque de dépendance, d’abus, de mésusage, de surdosage et de dépression respiratoire

L’ANSM souhaite rappeler qu’un antalgique opioïde, qu’il soit faible ou fort, expose à un risque de dépendance, d’abus, de mésusage, de surdosage et de dépression respiratoire pouvant conduire au décès. Par conséquent, l’agence rappelle qu’« une prescription d’antalgique opioïde doit systématiquement s’accompagner d’une information au patient sur le traitement et sur son arrêt, et d’une surveillance de ces risques même lorsqu’il est initialement prescrit dans le respect des conditions de l’autorisation de mise sur le marché ».

Dix plantes remèdes pour l'âme et pour le corps
Tags:
santé
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]