Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pourquoi le dernier single de Patrick Fiori mérite d’être écouté

Patrick Fiori
© Patrick Fiori - Youtube
Partager

Dans son dernier album Promesse, le chanteur Patrick Fiori, propose un très beau titre composé par ses soins : « Les gens qu’on aime ».

Connu pour son rôle dans la comédie musicale « Notre-Dame de Paris », qui a participé à faire décoller sa carrière musicale, le chanteur d’origine arménienne a présenté son dixième album en 2017 : Promesse. Cet album est sorti en février dans sa version augmentée, dont le nom reprend le titre d’une chanson phare de ses compositions. Parmi elles, Les gens qu’on aime se distingue par ses paroles dont on doit se souvenir et surtout s’inspirer. Elles sont simples, un peu naïves et pleines de ce bon sentiment qui nous irrite parfois. Pourtant, gageons qu’elles sont essentielles à tous, vitales. Patrick Fiori a également réalisé un clip pour ce titre, publié il y a tout juste trois mois. Et à cette occasion, il a convié deux hommes qu’il admire : le chanteur Jean-Jacques Goldman, qui lui a composé plusieurs chansons, et son ami l’entraîneur de football Arsène Wenger.

 

« J’aurais pu traîner le long de mes rêves
J’aurais pu l’air de rien attendre que la journée s’achève (…)
Ce matin j’irai aux gens que j’aime
Ou juste merci d’être ceux qu’ils sont
Qu’ils changent mes heures amères en poèmes
Et tous ces mots que nous taisons
Ce matin j’irai dire aux gens que j’aime
Ô combien ils comptent pour moi chaque instant
Des mots doux c’est mieux qu’un beau requiem
Et les dire c’est important »

Deux autres chansons de l’album valent le détour, parce que l’ego du chanteur n’est pas là. Et parfois, c’est aussi important que la qualité musicale. Ses mélodies sont simples et même assez touchantes. Dans Ta belle histoire il raconte l’histoire d’une vieille femme d’Arménie en exil, qui « ne laisserait que ses billets d’amour si un jour ça devait arriver la folie, la haine, bêtise inhumaine ». Celle d’Un jour… interroge sur les temps présents et leur signification. Assez lucide, il y chante « c’est à croire que le diable vit sur terre, les mots divisent nos enfants ». Il semble même croire à la vie éternelle quand il déclare qu’ “un jour on s’en ira, quelque part dans le ciel sans doute, quelque part où s’envolent toutes les peines », puisqu’il est sûr que « les bons dieux, les croyances, remplacent les blouses blanches quand vient le temps du vide, le silence. »

https://m.youtube.com/watch?v=QbyYetKnKpw

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]