Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Abus sexuels : le cardinal Pell reconnu coupable par la justice australienne

ALBERTO PIZZOLI / AFP
Le cardinal George Pell a été reconnu coupable d'agression sexuelle sur mineurs.
Partager

Préfet du Secrétariat pour l’économie du Saint-Siège, le cardinal George Pell a été reconnu coupable d’agression sexuelle sur mineurs, a annoncé le tribunal de Melbourne ce 26 février. Le haut prélat devrait faire appel.

Ancien préfet du Secrétariat pour l’économie du Saint-Siège, le cardinal George Pell a été reconnu coupable d’agression sexuelle sur mineurs, a annoncé ce 26 février le tribunal de Melbourne (Australie). Le verdict de culpabilité contre le haut prélat avait d’ores et déjà été révélé par certains médias en décembre dernier, au lendemain du procès, sans pour autant être officialisé. En raison de la notoriété de l’accusé et de la possibilité de poursuites supplémentaires, la justice australienne avait émis une ordonnance de restriction sur le procès, interdisant ainsi aux médias de communiquer sur le sujet. Cette obligation de silence a été levée suite à la décision de l’accusation de renoncer à de nouvelles poursuites.

Le cardinal Pell, 77 ans, a donc été reconnu coupable d’agression sexuelle et de quatre chefs d’attentat à la pudeur contre deux enfants de chœur âgés de 12 et 13 ans. Ces faits ont été commis dans la sacristie de la cathédrale Saint-Patrick de Melbourne dans les années 1990. La peine infligée au cardinal n’a pas encore été établie, mais une nouvelle audience est prévue le 27 février. La défense a déjà fait part de son intention de faire appel. Un nouveau procès devrait donc s’ouvrir au mois de mars.

Rentré dans son pays d’origine en juin 2017 pour comparaître devant la justice, le cardinal Pell avait alors déclaré se réjouir des « procédures de la cour [lui] offrant désormais une possibilité de laver [s]on nom ». Ancien membre du Conseil des cardinaux, il en avait été « remercié » en décembre dernier par le pape François. Toutefois, le cardinal Pell est encore officiellement préfet du Secrétariat pour l’économie, poste auquel il avait été nommé pour un mandat de cinq ans en février 2014.

Le Saint-Siège « prend acte de la sentence de condamnation » émise par la justice australienne contre le cardinal George Pell, a déclaré Alessandro Gisotti, directeur ad interim du Bureau de presse. Toutefois, « nous attendons maintenant le procès d’appel » déjà prévu par la défense, a-t-il poursuivi. Le cardinal Pell, a rappelé Alessandro Gisotti, « a répété son innocence et a le droit de se défendre jusqu’en dernière instance ».

« Pour garantir le cours de la justice », le pape François a « confirmé » les « mesures de précaution » prises contre le haut prélat par l’ordinaire de son lieu de résidence en Australie. Ainsi, en « l’attente de la vérification définitive des faits », le cardinal ne peut exercer publiquement son ministère et ne peut « d’aucune façon » entrer en contact avec des mineurs. En l’attente du verdict définitif, « nous nous unissons aux évêques australiens dans la prière pour toutes les victimes d’abus, répétant notre engagement à faire tout le possible afin que l’Église soit une maison sûre pour tous, spécialement pour les enfants et les plus vulnérables », a-t-il également affirmé.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]