Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

L’info qui réjouit : l’avenir des abeilles se joue dans les urnes

MEDICINAL
Pixabay
Partager

Les médias, sous couvert de ré-information, sont devenus champions dans la diffusion de nouvelles négatives. Et pourtant les informations qui réjouissent existent. Loin de cacher les maux qui nous entourent, elles permettent d’y trouver des motifs d’espérance et d’optimisme. Aujourd’hui, la tenue d’un référendum sur le sort des abeilles en Allemagne.

Après l’ouverture de l’école d’apiculteurs soutenue par Arnaud Montebourg, et le sauvetage par l’État de l’Institut Technique et Scientifique de l’Apiculture et de la Pollinisation (ITSAP), on annonce, hors de France, en Bavière, un éventuel référendum visant à mieux protéger les abeilles et à en assurer un nouveau développement. En effet, usant de leur droit de pétition, quelque 1,75 million de Bavarois ont demandé un référendum sur la question des abeilles. Le texte de cette pétition, lancée par le petit parti écologiste et conservateur ÖDP a rassemblé près de 18,4% du corps électoral de cet état allemand, un record « historique ».

Conformément aux lois du Länder, le parlement dispose désormais de trois mois pour transformer la pétition en proposition de loi qu’il peut soit adopter, soit soumettre à un référendum qui devra être organisé dans les six prochains mois. Les Bavarois devront alors se prononcer sur la mise en place de plusieurs objectifs ambitieux : que 20% des terres arables soient exploitées dans le respect des normes biologiques d’ici à 2025, proportion portée à 30% dès 2030. Que 10% des espaces verts soient transformés en prairies fleuries. Et enfin, que les cours d’eau soient mieux protégés des différents produits chimiques utilisés dans l’agriculture. L’objectif du texte est de créer un environnement général plus favorable aux abeilles et à leur travail de pollinisation.

Si cette bonne nouvelle n’est pas Française, elle doit nous intéresser car son application, même si elle posera des problèmes économiques certains, pourra avoir vertu d’exemple pour le reste de l’Europe, mais aura aussi des conséquences positives immédiates pour tous les territoires voisins de la Bavière.