Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le « Grand oral » de France 2 : et si la vraie gagnante, c’était elle ?

© Capture d'écran France 2
Partager

Le "Grand oral" de France 2 a réuni une douzaine de candidats ce 19 février. Au milieu d'eux, Virginie Delalande, sourde de naissance, qui a livré un témoignage plein d'enthousiasme.

Ce mardi, douze candidats ont participé au concours d’éloquence organisé par France 2 et animé par Laurent Ruquier. Parmi eux, un interne en médecine générale de 27 ans, un forain de 31 ans, un retraité de 78 ans. Car le casting voulait refléter « la diversité sociale et générationnelle » du pays. Dans le trio gagnant, Bill François, étudiant, le grand vainqueur du concours, mais aussi Virginie Delalande. Sourde de naissance et avocate de formation (même si elle exerce à présent le métier de coach auprès de personnes handicapées), cette jeune femme au timbre de voix singulier a su émouvoir le public. « Je vous parle avec une voix, cette voix qui peut-être vous dérange, vous met mal à l’aise. C’est une voix que moi-même je ne connais pas, que je n’ai jamais entendue. C’est le fruit de 20 ans de travail, 20 ans d’orthophonie, trois fois par semaine », a-t-elle lancé avec un large sourire. Une voix dissonante mais une personnalité ô combien harmonieuse.

« Mille fois j’ai eu envie d’abandonner, mille fois je me suis dit : “À quoi bon ?” », a-t-elle poursuivi, avant d’ajouter non sans humour : « Ce qui m’a sauvée, c’est que je suis bavarde ». Elle a expliqué avoir choisi de devenir avocate parce qu’elle connaissait « ce sentiment d’injustice, celui qui vous prend aux tripes et vous empêche de dormir ». Et d’aller plus loin encore : « Ceci m’a donné encore plus de force, la force de me battre pour devenir la femme que je suis aujourd’hui ». Rayonnante — pas en raison de son pull jaune citron mais bien de son visage lumineux —, cette mère de famille souhaite faire changer le regard du monde sur les personnes touchées par le handicap. Déterminée, elle a conclu ainsi : « Je suis là ce soir pour défendre le bonheur et la force de vie des personnes différentes ».

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]