Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Vendredi 30 octobre |
Bienheureuse Bienvenue Bojani
home iconAu quotidien
line break icon

Attention à l'égoïsme des familles face aux célibataires !

© racorn / Shutterstock

Edifa - Publié le 18/02/19

Et si les familles devenaient un lieu de chaleur et de réconfort pour les personnes célibataires ? Cela ne demande qu'un peu d'attention, de tact et de gentillesse.

À l’heure où le nombre de personnes vivant seules grandit en France et dans nos paroisses, il est urgent de nous interroger. Celles-ci devraient être pour elles un lieu de chaleur et de ressourcement. Un ami célibataire, qui assure l’animation des chants à l’église plusieurs fois par week-end n’a été, en six ans, invité que deux fois à partager un repas. « Ce ne sont pas les remerciements qui manquent, ni même les évocations d’invitations : “Il faut que vous veniez dîner”. Mais dans les faits : rien. Et, après la messe, je me retrouve seul avec mon plat de nouilles, alors que je vois les familles s’inviter, échanger leurs enfants… », conclut-il. Les témoignages de ce genre ne sont pas rares.


MĘŻCZYZNA NA PLAŻY

Lire aussi :
Choisi ou subi, pas simple de vivre son célibat

J’ai conscience des exigences de la vie conjugale et familiale. Cette dernière peut être alourdie par des nuits hachées lorsqu’il y a des petits, par les soucis avec tel ou tel enfant, par la course incessante pour être à l’heure aux rendez-vous… Elle croise des vies professionnelles souvent intenses, parfois compliquées. Mais honnêtement, un couvert de plus de temps en temps, est-ce infaisable ? Une invitation à rejoindre une ballade familiale, est-ce compliqué ? Présenter des célibataires qui ne se connaissent pas et peuvent avoir des affinités, est-ce inenvisageable ? Pas besoin de mettre les petits plats dans les grands : juste d’avoir un peu de tact, de cœur et de se mettre à la place de l’autre.


FATHER SON

Lire aussi :
Le célibataire sans enfant : une merveilleuse richesse pour les familles

Un diacre, investi dans la pastorale familiale de son diocèse, peste contre l’égoïsme des familles qui vivent entre elles : « Quand on cherche des parents pour accompagner des enfants, on en trouve. Quand il s’agit d’accompagner ou d’accueillir des personnes avec un parcours de vie un peu moins “standard”, il n’y a plus personne ». Je nuance ses propos : il existe des familles d’une grande et délicate générosité. Mais quand même, vous, quand est-ce que vous invitez une personne célibataire ?

Bénédicte Drouin

Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Tags:
célibatEnfantsFamille
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
Domitille Farret d'Astiès
Elles ont appris à les aimer : ces ...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : plus de messes après la Touss...
NIEMOWLĘ
Mathilde de Robien
Ces prénoms féminins qui portent en eux le sc...
Agnès Pinard Legry
Reconfinement : ce que les évêques ont demand...
statue de femme les yeux bandés
Mgr Benoist de Sinety
Dans nos aveuglements, le diable montre son v...
Mathilde de Robien
Franz et Franziska Jägerstätter, un couple un...
ATTENTAT EGLISE DE NICE
La rédaction d'Aleteia
En images : le récit d'une terrible journée
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement