Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pour atteindre la sainteté, chaussez vos skis !

ski, montagne, ascension
© De NicoElNino - Shutterstock
Partager

Comment atteindre les plus hauts sommets ? Ou en d’autres termes, comment aspirer à la sainteté ? C’est le thème de réflexion retenu cette année pour les 4 sessions ski & spi organisées par le sanctuaire Notre-Dame-du-Laus, l’un des 16 lieux d’apparitions mariales reconnus dans le monde. Une belle occasion de vivre les vacances d’hiver autrement.

Il est peu probable que Benoîte Rencurel, la petite bergère du Laus à qui la Vierge Marie est apparue pendant 54 ans, ait jamais skié ! Mais pour répondre à l’appel de Marie, elle a mené sa vie « tout schuss », en toute confiance et fidèle à sa foi. C’est pour continuer à transmettre cette aventure spirituelle et le message du Laus que le sanctuaire haut-alpin organise depuis quelques années ces sessions ski & spi ouvertes à tous et combinant sports d’hiver et animations spirituelles. Pendant une semaine, enseignement, veillées, messes, pèlerinages sont organisés dans l’esprit de la vie de Benoîte : patience, courage dans les épreuves, joie rayonnante, charité… avec chaque jour, une sortie vers les stations d’Ancelle ou des Orres.

© Notre-Dame du Laus

« La Vierge Marie a voulu ce lieu en montagne, c’est donc qu’il nous fallait décliner quelque chose autour de la montagne, analyse le père Ludovic Frère, recteur du sanctuaire et vicaire général du diocèse de Gap. Nous avons la chance de bénéficier d’un cadre tout à fait magnifique et ressourçant, mais plus qu’un décor, c’est le support d’une expérience spirituelle. Même lorsque l’on est sur des skis ! »

Glisser pour quoi ? Vers qui ?

Ces cessions sont donc une belle occasion de profiter des joies des sports d’hiver tout en développant sa vie spirituelle et sa relation à vivre avec les autres. « Elles s’adressent à tous : adultes, enfants, jeunes, moins jeunes, familles, amis, couples, célibataires… Il y a des skieurs passionnés et d’autres plus modérés ou qui viennent profiter de la montagne autrement (balades, raquettes, air pur… ). Mais tous sont motivés par quelque chose de plus que le ski à l’état pur. Cela offre une profondeur et une vie relationnelle exceptionnelles ».

Chaque année, les sessions s’articulent autour d’un thème. « Nous avons choisi pour 2019 le thème de la sainteté : comment accéder aux plus hauts sommets ? La montagne offre plein d’images et de clés qui aident à faire le lien avec la vie spirituelle, explique le père frère. Cela peut être la beauté des paysages qui conduit tout naturellement à la beauté de Dieu, la miséricorde qui nous aide à avancer tout schuss dans la vie, ou tout simplement la neige avec l’idée de purification : « Lave-moi et je serai blanc, plus que la neige », peut-on lire dans les Psaumes (Ps 50, 9). Et se demander : glisser pour quoi ? Vers qui ? nous conduit à réfléchir sur l’authenticité de nos relations ».

© Notre-Dame du Laus

Comme saint Paul qui présente « l’équipement de combat donné par Dieu » dans sa Lettre aux Ephésiens (Ep 6), on peut décliner tout l’équipement d’un skieur dans la spiritualité : « Si l’on n’est pas bien équipé, on risque de se casser la figure ! Dans la vie spirituelle, on aurait parfois tendance à vouloir voyager léger. Par exemple, on n’a pas envie d’aller à la messe tous les dimanches, on y va de temps en temps en se disant que ça suffit, ou alors on se contente de prier quand on a quelque chose à demander… Mais non ! Le matériel de ski est lourd et encombrant mais si l’on ne s’équipe pas suffisamment, on ne va pas aller bien loin, sur les pistes comme dans sa vie spirituelle. C’est la condition pour pouvoir progresser sans se blesser ».

« Le télésiège : la grâce de Dieu »

Même les infrastructures des stations peuvent servir de support pour transposer les idées spirituelles. « Le télésiège par exemple, représente la grâce de Dieu, illustre le père Frère. Il permet de grimper jusqu’au sommet sans effort. Mais il faut quand même avoir tout son matériel pour pouvoir le prendre. Lors de l’enseignement, nous suggérons par exemple à nos participants de choisir une pensée biblique à chaque fois qu’ils prennent un télésiège. Quant au téléski, on a souvent le mauvais réflexe de s’y accrocher de toutes ses forces quand on sent que l’on perd l’équilibre et que l’on va tomber alors que l’on devrait tout lâcher pour prendre un nouveau départ, plus sûr : c’est le lâcher-prise nécessaire pour pouvoir mieux repartir et reprendre le chemin. Toutes ces images sont de formidables moyens pour aider à rendre accessible la vie spirituelle ».

Et pour mettre en pratique l’enseignement, le sanctuaire organise deux journées de ski à la station des Orres et quatre demi-journées à la station d’Ancelle où tout le monde se retrouve sur les pistes à midi. À partir de 14h, le père frère fait une permanence dans un bar pour ceux qui ont envie de se confesser ou de parler. Oui, vous avez bien lu, dans un bar ! Le gérant a accepté d’y réserver un espace tranquille, à l’écart, pour l’occasion. De quoi surprendre certains au premier abord, mais finalement, cette ambiance inhabituelle finit par séduire les participants. « Ils se sentent en vacances et se donnent du temps, les rapports sont différents et ces permanences se révèlent très intéressantes. Je me souviens d’une année où il pleuvait, le pire temps qu’il puisse faire dans une station de ski ! Je me suis dit que ça démarrait vraiment mal, mais en fin de compte, c’est l’effet inverse qui s’est produit : tout le groupe s’est retrouvé dans le bar et la communication s’est installée avec beaucoup de naturel et de convivialité ».

© Notre-Dame du Laus

Pour favoriser cette convivialité et pouvoir personnaliser l’accueil dans des groupes à taille humaine, le sanctuaire limite le nombre d’inscriptions. « C’est bien pour les participants et pour nous qui les recevons car cela permet de connaître chaque personne, sa situation de vie, et on peut porter chacun d’entre eux dans la prière. Pendant une semaine, tout le monde vit ensemble. C’est très intergénérationnel ! L’enjeu est de réussir à former un vrai groupe cohérent avec cette belle diversité. Et à chaque fois, je suis impressionné par les réactions des plus jeunes. Les enfants ont une spontanéité spirituelle absolument incroyable. Nous avons beaucoup à apprendre d’eux ».

Quant aux ados, si le côté ski est accueilli avec joie, ils arrivent à un âge où ils ont souvent tendance à prendre leurs distances avec le côté spi. Mais là encore, le père Frère se montre rassurant : « Souvent, les parents viennent pour le côté spi et leurs ados suivent pour le côté ski. Mais quand ils font l’expérience du beau et du profond, ils sont saisis et finalement eux aussi vivent quelque chose sur le plan spirituel. En fin de compte, tout le monde va pouvoir trouver de quoi satisfaire ses attentes ».

« L’expérience doit correspondre au message spirituel du lieu »

C’est donc un vrai ressourcement spirituel mais aussi physique et mental car le sanctuaire essaie de faciliter au mieux le séjour des participants : tout est prévu sur place pour l’hébergement et la restauration (autour de savoureux plats typiques de la région), avec la possibilité de transports vers les stations, des réductions sur les forfaits et les locations du matériel de ski, des activités pour les enfants et les jeunes par groupes d’âge… même les dates de début et de fin de session (les dimanches) sont planifiées de façon à éviter les embouteillages . « Nous essayons de faire en sorte que les personnes que nous accueillons n’aient à s’occuper de rien. À la fin des vacances au ski, les gens repartent parfois plus fatigués qu’à l’arrivée. Pas ici ! Pour nous, c’est le signe de ce que le ciel fait pour eux. L’expérience doit correspondre au message spirituel du lieu sinon ça ne marcherait pas.

Lors de l’une de ses apparitions, Marie a révélé à Benoîte : « J’ai demandé ce lieu à mon fils pour la conversion des pécheurs et Il me l’a accordé. » La mission de Benoîte, messagère de la réconciliation, et les 54 années d’apparition constituent le message du Laus. C’est un message éminemment positif et très moderne malgré ses 350 ans. Il s’inscrit dans le temps. Dieu reconnaît qu’il y a des choses qui prennent du temps. Il ne regarde pas seulement ce que nous sommes mais ce que nous pouvons devenir et Il ne désespère pas de nous. C’est très encourageant ! C’est un appel à vivre la réconciliation dans tout notre être : relation avec Dieu, avec les autres et avec soi-même, mais aussi avec le corps, avec le temps, avec le monde céleste  Le message s’adresse ainsi à la personne dans sa globalité. En alliant la joie des sports d’hiver à la spiritualité (mens sana in corpore sano !), nous sommes dans une proposition tout à fait cohérente avec ce message ».


Sessions ski – spi : du 10 février au 10 mars 2019
www.sanctuaire-notredamedulaus.com
Renseignements sur les activités spirituelles : 04 92 50 94 00

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]