Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pourquoi dit-on « avoir le béguin » ?

COUPLE; AMOUREUX, TOMBER AMOUREUX, DRAGUE
© De Motortion Films - Shutterstock
Partager

Notre culture et notre langue française sont fortement influencées par nos racines chrétiennes. Découvrez ces expressions que nous utilisons souvent sans soupçonner qu’elles puisent leur origine dans la tradition religieuse. Aujourd’hui : « avoir le béguin »

Les jeunes d’aujourd’hui diraient « avoir un crush », une expression que vous connaissez peut-être si vous parlez « ado ». Sinon, elle vous évoque probablement aussi peu de choses « qu’avoir le béguin » pour nos jeunes ! Le béguin ? Mais qu’est-ce que c’est que ça ? Il faut remonter au Moyen Âge (XIIe siècle) dans les Flandres pour trouver l’origine de cette curieuse expression aux accents désuets. À l’époque, les guerres, les épidémies et la succession de croisades ont laissé de nombreuses femmes et jeunes filles veuves ou orphelines, sans soutien masculin, et en situation d’insécurité. C’est aussi l’époque d’un grand renouveau spirituel qui voit l’émergence de nouveaux ordres religieux suscitant un formidable mouvement de ferveur. Lieux de réelle vocation ou de refuges pour échapper aux dangers de la vie, couvents et monastères féminins sont littéralement pris d’assaut ce qui finit par inquiéter la papauté à tel point que le concile du Latran (1215) décide d’instaurer un numerus clausus !

Un nouveau concept va alors se développer et se répandre rapidement dans toute l’Europe : les béguinages. Ces petits villages dans la ville réunissent des religieuses qui vivent en communauté sans pour autant avoir prononcé leurs vœux. Dans ces lieux clos de murs centrés autour d’une église ou d’une chapelle, chacune a sa petite maison et vit de son travail, tout en venant en aide aux plus démunis et en ayant une vie spirituelle intense.

Une origine incertaine

Le béguin désigne alors la coiffe de toile que portent ces religieuses et qui s’attache sous le menton à l’aide de deux brides. Avec le temps, le terme finit par s’appliquer à la coiffe de même forme portée par les femmes laïques et par les très jeunes enfants. L’origine du nom « béguin » est incertaine et plusieurs hypothèses circulent. Ce pourrait être une dérivation du terme « albigeois » (qui servait à désigner les hérétiques), ou un rappel de la couleur beige de l’habit des béguines, il pourrait venir aussi du vieil allemand « beggen-beggan » (prier), du vieux français « begart » (marmonner des prières) ou encore du celtique « bègue-béguelle » qui signifie simple, bigot. D’après une autre théorie, « béguin » viendrait du nom de Lambert le Bègue, prêtre liégeois du XIIe siècle, considéré comme l’initiateur du mouvement béguinal en Belgique.

À l’époque, être « coiffé de quelqu’un » signifie être aveuglé par cette personne et le verbe « s’embéguiner », se coiffer d’un béguin, prend la signification d’avoir la tête qui tourne à cause de quelqu’un, l’esprit entièrement occupé par une passion excessive et déraisonnable. Il se transforme au fil du temps pour devenir au XVIe siècle « avoir le béguin à l’envers » (être distrait dans l’exécution de ses tâches, entre autres par l’amour) et se raccourcit au XIXe siècle en « avoir le béguin », dans le sens que nous connaissons aujourd’hui : s’enticher de quelqu’un, être amoureux, souvent de façon passagère. Bref, avoir le crush !

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]