Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pape François : « il n’y a pas de place pour l’individualisme dans le dialogue avec Dieu »

POPE AUDIENCE
Antoine Mekary | ALETEIA | I.Media
Partager

Parce qu'elle est « un dialogue », « la prière ne doit pas sombrer dans l'intimisme », a expliqué le pape François lors de l'audience générale au Vatican le 13 février 2019.

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Le souverain pontife a ainsi poursuivi mercredi son enseignement sur la prière du « Notre Père ». Commentant l’Évangile de Luc (10, 21-22), l’évêque de Rome a insisté sur le caractère caché du dialogue avec Dieu : « la vraie prière » est celle qui se déroule « dans le secret de la conscience », « visible uniquement par Dieu ». À l’inverse de celle des « hypocrites » qui « prient debout dans les places publiques ».

Pourtant, a prévenu le pontife, cette prière ne doit pas sombrer dans « l’intimisme » et « laisser le monde hors de la porte de sa chambre ». En effet, le « Notre Père » est précisément fondé sur le « tu ». « Savez-vous quel mot manque-t-il dans le « Notre Père » ? », a lancé le chef de l’Église avec insistance. « C’est le “je” » ! Le Seigneur nous apprend à prier avec le « tu », puis le « nous », rythmant l’ensemble du « Notre Père ». Ainsi, « il n’y a pas de place pour l’individualisme dans le dialogue avec Dieu », a affirmé le souverain pontife.

À l’inverse d’une prière « d’anesthésie » qui aiderait à rester « tranquille », le Seigneur nous appelle, au cœur même de notre échange avec lui, à nous ouvrir au « cri » des personnes qui nous sont « proches ou lointaines ». Sans cette « compassion », dont le Christ nous offre un exemple, la prière n’est qu’un terrible « malentendu ». « N’oubliez jamais cela », a conclu le successeur de Pierre.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]