Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pourquoi dit-on « une éminence grise » ?

Domaine public
L'Éminence grise, Jean-Léon Gérôme, 1873.
Partager

Notre culture et notre langue française sont fortement influencées par nos racines chrétiennes. Découvrez ces expressions que nous utilisons souvent sans soupçonner qu’elles puisent leur origine dans la tradition religieuse. Aujourd’hui : "une éminence grise".

Tout le monde a entendu parler du cardinal de Richelieu : conseiller le plus proche de Louis XIII, il a exercé sur le roi une forte influence et a dirigé le royaume de France à ses côtés, tirant les ficelles en coulisses. Mais savez-vous que Richelieu avait lui aussi un conseiller secret, ami de longue date, considéré comme étant aussi puissant que lui ? C’est cet homme de l’ombre, François Leclerc du Tremblay (1577-1638), plus connu sous le nom de père Joseph, qui est à l’origine de l’expression « éminence grise » apparue au XVIIe siècle.

Une immense influence

L’origine de ce surnom vient de l’analogie avec Richelieu que l’on appelait Eminence et parce qu’en tant que moine capucin, le père Joseph portait une robe de bure grise. Tout en œuvrant dans l’ombre, cet homme discret exerça une immense influence, tant dans les milieux religieux que politique et diplomatique. Il fut l’un des fondateurs de l’ordre des Filles du Calvaire (1606), influença le Pape pour qu’il crée la congrégation pour la propagation de la foi (1622), et fut nommé commissaire apostolique pour toutes les missions étrangères (1625).

Ses nombreux voyages lui permirent de développer un réseau important à travers toute l’Europe, notamment grâce à ses frères capucins, confesseurs officiels des rois et reines, qui formaient un véritable service de renseignements au service du cardinal de Richelieu. Celui-ci lui accordait toute sa confiance et son amitié et c’est ainsi que le père Joseph joua notamment un rôle déterminant dans l’issue de la Guerre de Trente Ans et l’établissement des Traités de Westphalie.

« Je perds ma consolation et mon unique secours »

Dans son ouvrage consacré à la vie du père Joseph, le père René Richard (1654-1727), chanoine de Sainte-Opportune à Paris, historiographe de France et censeur royal, rapporte qu’aux obsèques de Joseph François Leclerc du Tremblay, le cardinal de Richelieu « versa des larmes sur son tombeau et dit ces paroles d’estime et de tendresse : “je perds ma consolation et mon unique secours, mon confident et mon appui“ ».

L’expression « éminence grise »  a gardé son sens originel et désigne aujourd’hui encore un conseiller influent qui reste dans l’ombre d’une personnalité politique ou autre, comme le père Joseph le fut avec le cardinal de Richelieu.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]