Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !
Aleteia

Christianisme et Islam : le Pape souligne le message « clair et décisif » d’Abou Dabi

POPE AUDIENCE
Antoine Mekary | ALETEIA | I.Media
Partager

Face au risque du « choc » des civilisations, la rencontre interreligieuse d’Abou Dabi du 4 février 2019 a permis d’écrire « une nouvelle page dans l’histoire du dialogue entre le christianisme et l’islam », a assuré le pape François le 6 février lors de l’audience générale.

Ce voyage, a souligné le successeur de Pierre, fait partie des « surprises » de Dieu car « pour la première fois » un pape s’est rendu dans la péninsule arabique. « Court mais important », a-t-il expliqué, ce voyage dans cette « oasis multiéthnique et multireligieuse » a permis d’écrire « une nouvelle page dans l’histoire du dialogue entre le christianisme et l’islam et dans l’engagement de promouvoir la paix dans le monde sur la base de la fraternité humaine ».

Le souverain pontife est rentré le 5 février d’un voyage de trois jours aux Émirats arabes unis. Il s’agissait de son 27e voyage apostolique hors d’Italie. Pour l’occasion, le Pape n’a pas fait de catéchèse lors de cette audience générale mais il est revenu sur son déplacement à Abou Dabi.

Il existe actuellement une forte « tentation d’assister à un choc entre les civilisations chrétienne et islamique », a considéré le chef de l’Église catholique, ainsi que de considérer les religions comme une « source de conflit ». C’est pourquoi, en signant le document sur la fraternité humaine le 4 février, le Pape et le grand imam de l’université Al-Azhar ont souhaité donner un signe « clair et décisif » qu’il est possible de se rencontrer, de se respecter et de dialoguer, a-t-il pointé.

Malgré la diversité des cultures et des traditions, a ajouté le pontife argentin, le monde chrétien et islamique partagent en effet certaines valeurs communes comme la vie, la famille, le sens religieux, le respect des personnes âgées ou encore l’éducation des jeunes. Ainsi à Abou Dabi, « un pas de plus a été franchi » dans le dialogue interreligieux : celui de l’affirmation commune de la fraternité humaine et de la condamnation de toutes les formes de violence, « en particulier celles qui ont une motivation religieuse ».

« Nouvelle tragédie » dans l’archipel des Bahamas

Le 2 février dernier, a rappelé le pape François à la fin de l’audience, un bateau a fait naufrage dans l’archipel des Bahamas. Il avait à son bord des dizaines de migrants originaires d’Haïti, et 28 d’entre eux ont été retrouvés noyés. Ces migrants, a insisté le pontife, étaient « en quête d’espoir et d’un avenir de paix ». C’est pourquoi, il a adressé une « pensée affectueuse » aux familles dans le deuil ainsi qu’au peuple haïtien frappé par cette « nouvelle tragédie ». Puis, il a invité à prier pour les disparus et pour les blessés.

Le souverain pontife a également salué les séminaristes et les professeurs du séminaire de Nantes (France), ainsi qu’une centaine de jeunes lycéens parisiens et de très nombreux jeunes marseillais. « Demandons à l’Esprit saint de nous aider à promouvoir une véritable culture de la rencontre, leur a-t-il lancé, et, en tant qu’enfants de Dieu, à faire grandir la fraternité entre les hommes, grâce au respect, au dialogue et à la prière ».