Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Être heureux, « voilà la première réalité de la vie chrétienne »

VATICAN MEDIA / AFP
Le pape François lors de la messe célébrée dans le stade d'Abou Dabi, le 5 février 2019.
Partager

À l’issue de sa visite aux Émirats Arabes Unis, le pape François a célébré ce matin une messe en plein air devant une foule enthousiaste.

Une liesse palpable a accompagné l’arrivée du successeur de Pierre au Zayed Sports City, un immense complexe sportif d’Abu Dhabi. Le 5 février, au dernier jour de sa visite aux Émirats arabes unis, le pape François a célébré une messe en plein air devant plus de 135.000 personnes. Outre les fidèles rassemblés dans le stade, qui était comble, de nombreuses personnes suivaient la célébration eucharistique à l’extérieur depuis des écrans géants.

Plus de 200 nationalités

Cette première visite d’un pape dans la péninsule arabique est historique. Pour l’occasion, les écoles étaient fermées. dans ce pays où les chrétiens sont quotidiennement soumis à une grande discrétion, cette grand messe inhabituelle avait un goût d’exceptionnel. De nombreux bus venus de toute la péninsule arabique ont amené des fidèles au fil de la nuit. Durant le temps d’attente, le mot d’ordre était « faites du bruit » et les fidèles habitués à la discrétion s’en sont donné à cœur joie.

La population des Émirats étant composée à grande majorité d’étrangers, plus de 200 nationalités personnalités étaient représentées avec des fidèles originaires des Philippines, du Kerala, du Liban, de différents pays d’Afrique. « Vous êtes un chœur qui comprend une variété de nations, de langues et de rites », s’est d’ailleurs réjoui le Pape dans son homélie, utilisant l’expression « joyeuse polyphonie de la foi ». Des personnes de confession musulmane étaient également présentes, désireuses de découvrir le message du pape argentin, tandis que d’autres fidèles suivaient la célébration depuis des églises de la ville.

Une homélie sur les Béatitudes

Dans son homélie, le Pape a abordé les Béatitudes, expliquant que pour en vivre, il n’était nullement nécessaire d’accomplir « de gestes éclatants ». Le Christ « nous a demandé de réaliser une seule œuvre d’art, possible pour tous : celle de notre vie. Les Béatitudes sont alors un plan de vie », a déclaré le pontife. Être heureux, « voilà la première réalité de la vie chrétienne ». Elle ne se présente pas comme une « liste de prescriptions » à accomplir, a-t-il prévenu. « Ce n’est surtout pas cela » mais plutôt « se savoir, en Jésus, enfants aimés du Père ». Vivre la joie permet d’entendre la vie « comme une histoire d’amour », a-t-il affirmé. Il a continué en précisant que « suivre la voie de Jésus ne signifie pas toutefois être toujours dans l’allégresse ».

Un enseignement qui prend tout son sens dans cette péninsule arabique où les questions religieuses sont source de tension. Car si les catholiques peuvent vivre librement leur foi en privé, afficher une croix ou célébrer une messe en public reste interdit, tout comme les processions. « La liberté religieuse ne se limite pas » à la seule liberté de culte, mais doit également permettre de voir dans l’autre un véritable « frère », avait déclaré le successeur de Pierre la veille.