Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Pourquoi avoir choisi Marie pour être la mère de Dieu ?

PAPE FRANÇOIS ET LA VIERGE MARIE SALUS POPULI ROMANI
Antoine Mékary I Aleteia
Le pape François devant la Vierge Salus populi Romani après une procession de la basilique Saint-Jean-de-Latran à Sainte-Marie-Majeure, pour la Fête-Dieu, le 26 mai 2016.
Partager

Dans un nouveau livre d’entretiens intitulé "Je vous salue Marie", le pape François revient sur la puissance de cette prière "qui nous accompagne depuis l’enfance" ainsi que sur la figure de Marie, "une femme normale".

« Aujourd’hui nous sommes devant une des merveilles du Seigneur : Marie ! Une créature humble et faible comme nous, choisie pour être Mère de Dieu, Mère de son Créateur », affirme le pape François dans un livre intitulé Je vous salue Marie, paru fin janvier et tiré d’un entretien télévisé en onze épisodes avec le père Marco Pozza, aumônier de prison à Padoue (Italie). Dans cette méditation, le souverain pontife revient notamment sur le choix de Dieu de faire de Marie la mère de son Fils.

« Dieu nous surprend »

Le pape François y voit trois réalités. « La première, Dieu nous surprend », indique-t-il. « Il est vraiment dans la pauvreté, dans la faiblesse, dans l’humilité qui se manifeste et nous donne son amour pour nous sauver ». Marie incarne parfaitement cette réalité : « Dieu l’a vraiment choisie, elle, une simple jeune fille de Nazareth, qui ne vit pas dans les palais du pouvoir et de la richesse ».

« La fidélité dans le fait de Le suivre »

« Dieu nous demande fidélité » est la deuxième réalité. « Se souvenir toujours du Christ, le garder en mémoire, et cela, c’est persévérer dans la foi ; Dieu nous surprend avec son amour, mais il demande la fidélité dans le fait de Le suivre », détaille le souverain pontife. Il nous appelle à la même fidélité que celle de Marie qui a dit « oui » à Dieu, « un “oui“ qui a bouleversé son humble existence de Nazareth » et qui a été « le premier de beaucoup de “oui“ prononcés dans son cœur, dans les moments joyeux comme dans les moments de douleur ».

La troisième réalité est la suivante : « Dieu est notre force ». « Regardons Marie : après l’Annonciation, le premier geste qu’elle accomplit est un geste de charité envers sa vieille parente Élisabeth et les premières paroles qu’elle prononce sont : “Mon âme exalte le Seigneur“ », rappelle ainsi le souverain pontife. Ainsi, à l’image de Marie, « si nous pouvons comprendre que tout est don de Dieu, quel bonheur dans notre cœur ! Tout est donné par lui ».

DR

Je vous salue Marie, par le pape François,

Bayard, janvier 2019, 14,9 euros

En images : les plus belles représentations de la Vierge Marie
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]