Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le lama du curé ou une pastorale à la saint François d’Assise

Père Ronan Graziana
Le lama Sabachthani.
Partager

Il a fait rire la France entière avec son lama Sabachthani. Le père Ronan Graziana, curé en Bretagne, compte quelque 200 animaux. « Les animaux sont pour nous un moyen d’accéder à la transcendance », confie-t-il à Aleteia.

Son histoire a fait le tour du web en quelques heures. Un opticien d’Hennebont, dans le Morbihan, a eu la surprise de découvrir la présence d’un lama dans son magasin le 18 janvier dernier. Une demi-heure plus tard, le lama a été récupéré par son propriétaire… qui n’est autre que le père Ronan Graziana, curé du doyenné d’Hennebont qui regroupe huit paroisses.

Entre 150 et 200 animaux

« Avant j’avais des chèvres qui sont très bonnes pour débroussailler mais qui font un bruit infernal ! L’alpaga a l’avantage d’être une bonne tondeuse qui ne fait pas de bruit », confie à Aleteia le père Ronan Graziana. « Et puis c’est une bête sympathique et affectueuse ». Prénommé Sabachthani – pour le jeu de mots « lama sabachthani » (mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné en hébreu, ndlr), le lama est loin d’être le seul animal du père Ronan. « Au total, j’ai entre 150 et 200 animaux, essentiellement des oiseaux mais aussi des chats et des chiens », détaille le curé. Adhérent à deux clubs d’ornithologie, le père Ronan est passionné par les animaux.

Chaque année, début octobre, il propose ainsi une bénédiction des animaux de compagnie en la basilique d’Hennebont à l’occasion de la saint François d’Assise. « La bénédiction a lieu à l’intérieur de la basilique après la lecture de la parole et chacun est invité à venir avec son animal de compagnie », souligne-t-il. « J’ai même eu des chevaux et des chèvres ! Il y a bien sûr des paroissiens mais aussi d’autres personnes qui entendent la parole de Dieu une fois par an pour cette occasion. »

« Je pense que les animaux sont pour nous un moyen d’accéder à la transcendance », rappelle le père Ronan. « C’est le cas des animaux mais aussi de l’art : cette contemplation de la création, de quelque chose de plus grand que l’homme nous aide à percevoir une transcendance. Quand je vois mes animaux je rends grâce à Dieu ».

« Je vois ma passion pour les animaux comme une occasion d’échanger avec les gens », explique le curé. « Mais quand j’ai vu que l’histoire de mon alpaga avait fait le tour du monde je me suis un peu inquiété : dans quel monde vit-on pour sa raccrocher à ce genre d’événement ? Par exemple, le Time a fait un article dessus alors qu’ils sont par ailleurs en plein Brexit… ».

Les animaux dans la Bible et leur symbolique
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]