Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!
Aleteia

Aux JMJ, un Pape qui parle avec les mots des jeunes

© JMJ 2019
Le pape François lors de la rencontre avec les volontaires. JMJ de Panama, le 27 janvier 2019.
Partager

Le pape François est un champion de la langue des jeunes. Petit florilège des expressions qu’il a utilisées pendant les JMJ de Panama.

Le pape François n’a pas son pareil pour parler aux jeunes. Sans pour autant consentir à un champ lexical qui ne traduirait pas avec justesse le message qu’il souhaite faire passer, le souverain pontife n’hésite pas à user d’images très actuelles lorsqu’il s’adresse à la jeunesse. Et il faut le reconnaître, sa méthode est plutôt efficace.

Le Panama, un « hub de l’espérance »

Lors des dernières JMJ à Panama, il n’a pas dérogé à la règle. Tout d’abord, lors de son premier discours devant les autorités du pays, il a déclaré qu’en accueillant les Journées mondiales de la jeunesse, le Panama devenait un « hub de l’espérance ». En d’autres termes, un point logistico-névralgique de celle que Charles Péguy nommait affectueusement « la petite fille espérance ». Puis, dans le discours qu’il a prononcé durant la cérémonie d’ouverture, le pontife argentin a souligné que l’Église n’avait pas pour vocation d’être « cool » ou « divertissante », mais de s’ouvrir « à une nouvelle Pentecôte. Il a également utilisé l’image du maillot de football, particulièrement parlante en Amérique du Sud. « Se rencontrer ne signifie pas s’imiter […] en écoutant la même musique ou en portant le maillot de la même équipe de football », a-t-il lancé, avant d’inviter les jeunes à « s’enjailler » : « Aujourd’hui nous pouvons “faire la rumba” car cette rumba a commencé il y a longtemps dans chaque communauté ».

La vie avec Dieu n’est pas un « tutoriel »

On connaît l’intérêt du Saint-Père pour les réseaux sociaux et les nouvelles technologies qui peuvent être de puissants outils d’évangélisation. Avant de s’envoler pour le Panama, il avait invité les jeunes à télécharger « Click to Pray », une application qui permet de partager ses prières en ligne. « La toile peut nous aider aussi à prier en communauté, à prier ensemble », avait-il alors déclaré. À Panama, durant la veillée du samedi, il a assuré les jeunes que que la vie à laquelle Dieu appelait n’était ni « une “application” nouvelle à découvrir », ni « un exercice mental fruit de techniques de dépassement de soi », ni « un “tutoriel” ». Il a également ajouté que Marie n’était pas une influenceuse : « La jeune de Nazareth ne sortait pas sur les réseaux sociaux de l’époque, elle n’était pas une “influenceuse”, mais, sans le demander ni le rechercher, elle est devenue la femme qui a le plus influencé l’histoire ».

Cliquez ci-dessous pour découvrir les meilleures publications des jeunes pendant les JMJ :