Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

L’unité des chrétiens, révélation du Nom du Père

NOTRE DAME PENTECOTE
Corinne SIMON I CIRIC
Partager

La semaine de prière pour l'unité des chrétiens est l'occasion de prendre la mesure du scandale que constituent les divisions entre les différentes confessions de notre religion.

La prière pour l’unité des chrétiens rejoint la première demande du Notre Père : « Que ton Nom soit sanctifié. » C’est bien à la sanctification du Nom du Père sur la terre que nos divisions font obstacle. En confessant, dans son Magnificat, que son Nom est saint après qu’Il ait fait des merveilles pour elle, la Vierge témoigne de façon péremptoire que la sainteté divine a partie liée à la réalisation, de Sa part, de grandes choses pour les hommes. Et quelle manifestation plus grande de sa bonté à notre égard pouvait-Il montrer que l’effusion de Son Esprit qui fait de nous des frères unis par le lien de la foi, et surtout de la charité ? Or, c’est un tel lien dans l’amour que nos dissensions ont détruit.

Témoigner de la paternité de Dieu

Dieu est Père. En Lui-même, Il est saint. Il n’a pas besoin que les hommes le « sanctifient ». Cependant, Il désire que le mystère de sa paternité soit pleinement révélé à l’humanité, c’est-à-dire que son Nom soit sanctifié sur la terre comme Il l’est au ciel. Et pour cela, Il a besoin de nous. Ou, du moins, Il nous fait la grâce de requérir notre aide pour parvenir à cette fin. Et comment y parviendrons-nous, sinon en nous comportant comme des frères et sœurs, respectueux de nos différences tout en restant unis par l’amour ?

Car la paternité de Dieu n’est pas un attribut secondaire. Elle fait partie au contraire de sa nature, de ce qu’Il est en Lui-même. Aussi, si les chrétiens désirent témoigner de cette paternité divine à la face du monde, doivent-ils se comporter comme des enfants unis par la charité. Un père aimant souffre de la division de ses enfants. Il sait que les dissensions entre eux, qu’elles soient le fruit de l’envie, de la jalousie, ou de l’orgueil, nuisent à leur bonheur et à l’accomplissement de leur humanité.

Il en va pareillement avec Dieu. S’Il a voulu que l’église soit une, ce n’est pas afin de nous imposer un caporalisme obtus, mais afin que son Amour irrigue nos existences, de telle sorte que nous nous comportions comme des frères entre nous.

Devenir des disciples crédibles

Nos divisions sont un contre-témoignage de la paternité du Créateur. Les effets du péché se reconnaissent à ce qu’il porte atteinte aux diverses déclinaisons de l’unité voulues par Dieu à l’origine : unité entre l’homme et la femme, entre l’homme et Dieu, entre les hommes de différentes nationalités, et entre l’homme et la nature. En recréant l’humanité dans le Christ, Dieu désirait mettre un terme à cet état de séparation mortifère. Car le Christ, en clouant la haine et la jalousie sur le bois de la Croix, est devenu notre paix définitive. Encore faut-il que nous lui restions attachés.

Mais quelle crédibilité avons-nous, si nous, disciples de celui qui nous a révélé que le Dieu unique est le Père de tous les hommes, continuons à étaler nos déchirements au grand jour ? Comment les hommes, qui nous regardent vivre, pourraient-ils reconnaître la paternité de Dieu, si nous persévérons à vivre comme des étrangers les uns pour les autres ? Ces attitudes sont un démenti cinglant à l’œuvre de réconciliation opérée par le Christ.

« Qu’ils soient un comme nous sommes un. »

Voilà pourquoi la prière pour l’unité n’est pas une option facultative. Elle touche au cœur de notre foi. Avec elle, il en va de la sanctification du Nom du Père. Dieu est sanctifié sur la terre lorsque Ses enfants Le reconnaissent comme Celui qui est l’Amour et qui désire pour eux le bien suprême. Et ce bien suprême, c’est celui dont la Trinité est la source comme le modèle plus que parfait : l’unité dans la différence et l’amour. Souvenons-nous des paroles de Jésus dans sa prière sacerdotale adressée au Père : « Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, pour qu’ils soient un comme nous sommes un : moi en eux, et toi en moi » (Jn 17, 22-23).

Lorsque les divisions cesseront, alors le Nom de Dieu sera pleinement révélé, mais surtout les effets de Son action en notre faveur seront visibles par tous. L’unité sera plus qu’un miracle : elle manifestera la sainteté du Nom parce qu’en elle la paternité essentielle de Dieu sera arrivée à son objectif : rassembler dans l’unité Ses enfants dispersés. Pour Sa gloire — et pour notre bien ! Car Dieu, qui est Amour, a définitivement lié la sanctification de son Nom au bonheur de Ses enfants.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]