Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Le pape François rencontre la dernière miraculée de Lourdes

POPE BERNADETTE MORIAU
Osservatore Romano I CPP
Rome, lundi 21 janvier. Accompagnée de Mgr Benoit-Gonnin, évêque de Beauvais, Bernadette Moriau a pu rencontre le Pape François
Partager

Sœur Bernadette, la 70e miraculée de la grotte, a eu l’occasion de participer à la messe matinale du Pape le 21 janvier. Il lui a assuré de prier pour les malades.

Il faut se mettre à l’école de la Sainte Famille et des Béatitudes pour apprendre « l’humilité » a déclaré le pape François lors de sa messe quotidienne à la résidence sainte Marthe le 21 janvier. Une humilité bien incarnée par la sœur Bernadette Moriau, dernière miraculée de Lourdes présente à la cérémonie et qui a confié se sentir « toujours toute petite » malgré sa rencontre avec le pontife. Elle était accompagnée de l’évêque de Beauvais, Mgr Jacques Benoît-Gonnin et de Jean-Marie Guénois, responsable des questions religieuses pour le Figaro et avec qui la religieuse a écrit un livre témoignage intitulée Ma vie est un miracle sur son expérience miraculeuse.

Elle y raconte ainsi comment, après avoir été affectée pendant près de 40 ans par une atteinte des racines nerveuses qui a provoqué une paralysie, elle a connu en 2008 la guérison lors d’un pèlerinage à Lourdes. Un livre qu’elle a pu remettre au pape François au terme de la célébration eucharistique. Cette « rencontre m’a dépassé », a-t-elle confié aux journalistes après ce moment d’intimité avec le pontife.

« Nous accompagnons le Pape toujours avec notre prière, on le suit dans sa mission et je dirais que son attention aux plus pauvres, pour nous en tant que franciscaines, nous marque beaucoup », a-t-elle encore déclaré. « On retrouve dans le pape François cette dimension de jésuite bien sûr, mais aussi de franciscain à la manière de notre frère François, le petit pauvre d’Assise ».

« On ne s’est pas dit grand chose parce qu’on avait peu de temps, mais ce ne sont pas les paroles qui comptent, mais plutôt la rencontre dans des gestes simples : dans le silence passe beaucoup de choses ».

Elle a tout de même pu prendre le temps de demander au souverain pontife de prier tout particulièrement pour les malades à travers le monde, a précisé Mgr Benoît-Gonnin. Une requête à laquelle le Pape n’a pas été insensible. Il a ainsi promis de réserver d’intenses prières pour eux, a assuré le prélat français.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]