Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La jeunesse du monde entier se retrouve à Panama

Panama 2019/Flickr
Partager

C’est parti pour les Journées Mondiales de la jeunesse (JMJ) : six jours d’événements, de fêtes et de prières, peut-être l’événement le plus attendu par la jeunesse catholique du monde entier.

Plus de 200.000 à 300.000 jeunes, au moins 1.300 Français participeront ce 22 janvier à l’ouverture officielle des JMJ, présidée par l’archevêque de Panama, au campus de Santa Maria La Antigua. Le pape François quant à lui doit arriver avec sa délégation le 23 janvier. Ce voyage apostolique au Panama sera le 40e pays visité par le pape François depuis le début de son pontificat et constituera son 26e déplacement en dehors de l’Italie. Le pontife y prendra la parole à 10 reprises, parmi lesquelles 3 homélies, 6 discours et un Angélus.

Premier rendez-vous à ne pas manquer avec le pape, la cérémonie d’accueil du pontife le 24 janvier à 17h30 sur le terrain Santa Maria la Antigua, en bordure d’océan. Le lendemain 25 janvier, le pape François présidera à 10h30 une liturgie pénitentielle avec des jeunes privés de liberté, dans un centre de détention pour mineurs.

Le très attendu Chemin de croix

Le même jour, comme traditionnellement pour les vendredis durant les JMJ, il conduira le Chemin de croix à 17h30 avec les jeunes du monde entier, un moment particulièrement attendu au cours duquel la prise de parole du pape est souvent forte. En guise d’exemple, lors du Chemin de croix sur la plaine de Blonia lors des JMJ de Cracovie en 2016, le successeur de Pierre avait soutenu sans détour que “si quelqu’un, qui se dit chrétien, ne vit pas pour servir, sa vie ne vaut pas la peine d’être vécue“. Il avait alors exhorté les jeunes “à devenir des protagonistes dans le service“. “Le monde nous regarde“, avait-il lancé.

Le lendemain, 26 janvier, l’évêque de Rome consacrera l’autel de la cathédrale de la ville de Panama, Sainte-Marie de La Antigua. A l’issue de la célébration, le chef de l’Eglise catholique déjeunera avec des jeunes au grand séminaire de la ville. Dans l’après-midi, il participera à une rencontre avec des jeunes au cours de laquelle trois témoignages seront présentés : celui d’une mère de famille axé sur la défense de la vie, puis d’un ancien toxicomane sur la miséricorde et enfin celui d’un jeune Palestinien qui parlera des difficultés à être chrétien en Terre Sainte.

Une veillée de prière en point d’orgue

En soirée, à 18h30, le pape présidera l’habituelle veillée de prière regroupant les participants aux JMJ, à la veille de leur clôture. Il reviendra le lendemain sur les lieux – un terrain nommé ‘saint Jean Paul II’ – pour conclure les JMJ par une messe. A la fin de celle-ci, devrait être annoncé le lieu du prochain rassemblement des jeunes du monde entier. Généralement, le choix se porte alternativement sur une ville européenne et une du reste du monde. Pour la prochaine édition, la capitale du Portugal, Lisbonne semble en bonne position !

Après la messe marquant la fin des JMJ de Panama, le chef de l’Eglise catholique visitera une maison d’accueil appelée ‘foyer du bon Samaritain’. Outre un discours, il y prononcera la prière de l’Angélus. Le dernier discours du pape François sera adressé aux jeunes volontaires des JMJ, qu’il retrouvera à 16h30 dans un stade de Panama. Ultime temps fort du programme : une rencontre avec des jeunes atteints du sida lors de sa visite dans la maison d’accueil appelée ‘foyer du bon Samaritain’ le dernier jour du voyage, le 27 janvier. Il leur offrira à cette occasion une sculpture du bon pasteur avec un agneau sur ses épaules, symbole de l’Eglise qui porte les malades.

Beaucoup d’autres surprises et autres moments inattendus devraient encore advenir. Le pontife devrait notamment s’adresser à de nombreux jeunes migrants. Un aspect important compte tenu de la situation régionale marquée par de forts mouvements de population en direction des Etats-Unis.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]