Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Jeudi 25 février |
Saint Nestor de Pamphylie
home iconAu quotidien
line break icon

Le wabi-sabi, un art de vivre pour être heureux avec peu

FRESH TREE BRANCHES

By VIGO-S | Shutterstock

Marzena Devoud - Publié le 18/01/19

Wabi-sabi. Vous avez certainement aperçu ça et là ces deux mots, sans savoir encore ce qu’ils signifient. Derrière ces deux mots exotiques, se cache la tendance déco la plus populaire de 2018. Celle qui, selon les experts, va envahir notre style de vie dans tous les domaines dans les années qui viennent. Car il ne s'agit pas d'un simple effet de mode mais d'un art de vivre ou plutôt d'un état d'esprit qui prône le retour à l'essentiel, l'art de retrouver le beau dans l'imperfection, l'éloge de la simplicité et... de l'humilité. Un mode de vie dont les contours esquissent une certaine idée de l'amour de la vie et de ses imperfections.

Mélange de deux mots japonais, le wabi-sabi n’est autre que l’alliance de deux concepts complémentaires. Le wabi d’abord, une forme de simplicité empreinte d’humilité en harmonie avec la nature, et le sabi, se référant à l’usure du temps qui passe, à la beauté des choses vieillissantes et imparfaites. Le tout prônant la simplicité et le recours aux matériaux nobles et humbles. C’est un art de vivre apparu au XIIème siècle lorsque des moines japonais, en réaction aux cérémonies du thé luxueuses en vogue à l’époque, ont commencé à utiliser des accessoires rustiques locaux ou délaissés, mettant ainsi la simplicité au cœur de la cérémonie du thé. Aujourd’hui, wabi-sabi signifie vivre simplement, en appréciant les petites choses du quotidien dont on accepte les imperfections. On repart ainsi à la découverte de la beauté des choses imparfaites, humbles et modestes. En somme, un retour à l’essentiel et à l’authentique.


OFFICE DESK

Lire aussi :
Soigner la déco de son bureau (même en open space) a de surprenants effets

Pour Agnieszka Jacobson-Cielecka, directrice artistique de la School of Forms, une prestigieuse école de design, « cette recherche de l’essentiel et d’une sobriété paisible est la conséquence de la course folle à la consommation et d’un certain piège de la perfection », confie-t-elle à Aleteia. Nous sommes tous en train de prendre conscience qu’il faut freiner et prendre du recul. Il s’agit d’avoir une relation plus sage et plus profonde avec soi même, les objets qui nous entourent, mais aussi avec notre façon de voyager ou encore de cuisiner… Il y a un besoin de se recentrer sur la beauté qui se cache dans l’inhabituel, dans l’authentique, dans ce qui dure. Nous sommes saturés d’images de perfection ».

WABI-SABI SERIE
By Alexandre CORIC | Shutterstock

Rechercher la beauté dans la simplicité et l’imperfection

Quand on l’applique au domaine de la décoration intérieure, ce retour à l’essentiel implique d’opter pour des objets à la fois utiles, pratiques et simplement beaux, sans ornements superflus. On préfère alors les matières nobles et naturelles : le bois, la pierre, les fibres tressées. On découvre la perfection de l’imparfait : les rayures, bosses et éraflures ne sont plus des défauts mais des marques du temps. « Ces imperfections constituent notre histoire personnelle », souligne Agnieszka Jacobson-Cielecka. « Paradoxalement à l’ère où on peut personnaliser chaque objet qu’on veut acheter, le wabi-sabi, nous inspire de garder la tasse cassée parce que c’était la tasse préférée de notre grand mère. Ce qui compte c’est notre histoire personnelle, notre relation émotionnelle à l’objet et son caractère unique ».


NURSERY BABY

Lire aussi :
Chambre de bébé : la déco vintage cartonne !

Influencés par ce mode de vie, certains artistes japonais peignent même ces marques de cassure de bols ou de tasses avec de la peinture dorée pour souligner la beauté de l’imperfection et la noblesse du temps qui passe (l’art de kintsugi). Ils célèbrent les bois usés, les miroirs piqués, les patines de bon aloi. Ils mettent en valeur des pièces de l’artisanat dont les irrégularités révèlent la beauté authentique, les transformant en objets uniques. On pourrait ainsi résumer le wabi-sabi à ce principe simple et directeur : « Les choses sont belles juste comme elles sont ».

Laisser vieillir les objets

Le wabi-sabi vise à privilégier la qualité et la durabilité. Même si la qualité implique souvent un prix élevé, on préfère posséder moins mais mieux. « Posséder moins, mais de façon plus responsable et plus honnête », poursuit Agnieszka Jacobson-Cielecka. « Cela ne veut pas forcément dire s’offrir un meuble de créateur mais détenir un objet qui vieillira et s’embellira avec le temps. Ce qui est important est d’apprendre à apprécier les objets qu’on a sans ressentir le besoin d’en acheter d’autres ».

CHINESE BOWL
By Barbara Dudzinska | Shutterstock

Côté couleur, on mise sur les teintes neutres et claires en s’inspirant de la nature. C’est en observant la nature que l’être humain peut retrouver l’harmonie. Fidèle à l’art wabi-sabi, une décoratrice propose même de coordonner la couleur des fenêtres, non pas au style de l’intérieur mais avec le paysage. On retrouve bien ici l’idée principale d’une déco wabi-sabi : la nature est une source d’émerveillement. Le végétal est incontournable : des bouquets de fleurs simples et naturels avec ce qu’on trouve dans la nature.

Faire de sa maison, un lieu pour l’âme

Dans son livre de référence, Spiritual House – Home & Lifestyle 2019, Lidewij Edelkoort, souligne que la maison devient pour nous un véritable lieu de ressourcement spirituel et un lieu — loin du stress et du chaos extérieur — où la joie de vivre avec ses amis et sa famille est célébrée. En toute simplicité, en retournant à l’essentiel. Sans chercher forcément le wabi-sabi venu du Japon, le mode de vie plus contemplatif, plus simple, plus poétique est une bonne piste pour vivre de façon plus sereine et plus authentique. Pourquoi pas une des bonnes résolutions pour 2019 ?

Découvrez la symbolique des jardins bibliques :


BOY PLAYING

Lire aussi :
Mamans minimalistes ou l’art de vivre esprit léger

Tags:
Décorationmode de viequotidien
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
La rédaction d'Aleteia
Le pape François accepte la renonciation du cardinal Sarah
2
ANMOL RODRIGUEZ
Ewa Rejman
Défigurée à l’acide, mannequin, Anmol livre une fabuleuse l...
3
Les moines bénédictins
Père Christian Venard
Une nouvelle abbaye bénédictine en France !
4
NEWBORN,
Mathilde de Robien
Dix prénoms originaux dérivés de Joseph
5
ANGELS
Marzena Devoud
Comment les anges communiquent-ils entre eux ?
6
Domitille Farret d'Astiès
Témoignages : heureux comme un scout !
7
Jeanne Larghero
La liberté de ne pas croire, un droit de l’homme ou un non-sens ?
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement