Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Chaque jour, du beau, du bon et du vrai avec la newsletter d'Aleteia!
Je m'abonne gratuitement!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La bonne stratégie à adopter face à un enfant insolent

Partager

L’insolence de son propre enfant irrite autant qu’elle désarçonne, et peut même aller jusqu’à briser notre confiance en soi en tant que parent. Car il est bien connu que le père, ou la mère, se doit de faire figure d’autorité. Alors comment faire face à un enfant insolent ?

Cliquez ici pour ouvrir le diaporama

Devant un comportement insolent, il peut arriver très rapidement d’être happé dans une spirale où l’on teste les rapports de force dans une escalade de violence verbale, voire physique, loin d’être constructive. Ou alors, pour éviter le conflit, on fait comme si on n’avait rien entendu et on se laisse aller à une facile indifférence. Ni l’une ni l’autre solution ne sont vraiment convaincantes.

Au début, la stratégie du silence

Lutter contre l’arrogance et la provocation de son enfant nécessite que les parents fassent preuve de tact, de patience et de fermeté. Pour commencer, lorsque l’enfant est en colère, il est offensé et peut proférer des paroles insolentes. Ce n’est pas le moment de parler, ni de gronder, mais celui de garder un silence stratégique intelligent.

L’adulte, en l’occurrence le père ou la mère, est celui qui doit maintenir la paix. Une bonne stratégie consiste à regarder l’enfant droit dans les yeux et à dire, tout au plus : « Je vais prétendre que je n’ai pas entendu ce que tu viens de dire ». L’enfant continuera sans doute à provoquer votre colère. Respirez ! Et ainsi, sans élever votre voix, vous pouvez dire : « Lorsque tu seras calmé, nous pourrons parler. » Et vous sortez de la pièce.

Inculquer le respect

Lorsque l’enfant s’apaise, allez le chercher et engagez le dialogue : « Que m’as-tu dit tout à l’heure? » Si l’enfant s’apprête à réitérer ses récriminations, il est important que vous le coupiez net et que vous lui disiez avec fermeté : « Je comprends ce que tu ressens, mais pour commencer, tu ne me parles pas comme ça, parce que toi et moi, nous ne sommes pas pareils. Je suis ton père/ ta mère, et je ne te laisserai pas parler ainsi ». Ceci a le mérite de clarifier le rapport parents/enfant et de rappeler qui est la figure d’autorité. Puis insistez sur la première règle de la maison : le respect. Par conséquent, l’insolence ne peut être tolérée.

S’il manque à nouveau de respect, le moment est sans doute venu de réduire certaines permissions qu’il avait. Il apprendra ainsi à assumer les conséquences de ses actes. La pire chose à faire serait de laisser passer. De cesser de parler en prétendant qu’il ne se passe rien ou que ce n’est pas si grave. Ces situations doivent être combattues de front, avec tact et intelligence. Si nous laissons passer un manque de respect, après un certain temps, les situations seront chaque fois plus graves. Il est important de parler, autant de fois que nécessaire, avec compréhension, empathie et amour, en fonction de l’âge et de la maturité de l’enfant.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]