Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Naissances en baisse, mariage en hausse, le bilan démographique de la France

BLANKET
Antonio V Oquias - Shutterstock
Partager

Les résultats du bilan démographique de l’année 2018, publiés par l’Insee ce mardi 15 janvier, font état d'une baisse, depuis quatre ans, de la fécondité, et de la légère hausse, depuis deux ans, du nombre de mariages.

Bien que la population française continue d’augmenter (+0,3% du nombre d’habitants) pour frôler la barre des 67 millions d’habitants, le rythme des naissances a faibli en 2018, ce qui, corrélé à une hausse du taux de mortalité, entraîne un solde naturel (différence entre les nombres de naissances et de décès) historiquement bas, équivalent à celui constaté à la fin de la seconde Guerre mondiale (+144.000 personnes).

La fécondité baisse depuis quatre ans

Du côté de la natalité, 758.000 bébés sont nés en France en 2018, soit 12.000 de moins qu’en 2017, marquant ainsi la quatrième année consécutive de baisse. L’Insee souligne néanmoins un ralentissement du rythme de la baisse : en 2017, on constatait 14.000 naissances de moins que l’année précédente, 15.000 de moins en 2016 et 20.000 de moins en 2015. L’indicateur conjoncturel de fécondité s’établit à 1,87 enfant par femme en 2018 (contre 1,90 en 2017), revenant ainsi à son niveau observé en 2002. La France reste malgré tout le pays le plus fécond de l’Union européenne.

Si la baisse des naissances est majoritairement due à la baisse de la fécondité, l’Insee pointe également la diminution du nombre de femmes en âge de procréer : alors qu’elles étaient 9,1 millions en 1998, elles sont désormais 8,4 millions. Quant à l’âge moyen à la maternité, il croît régulièrement pour atteindre les 30,6 ans en 2018, contre 29,8 ans dix ans plus tôt.

Un solde naturel historiquement bas

Du côté de la mortalité, en raison de l’arrivée des baby boomers à des âges de forte mortalité, le nombre de décès a tendance à augmenter depuis le début des années 2010. En 2018, le nombre de décès s’établit à 614.000, soit 8.000 de plus qu’en 2017, accentué notamment par un épisode de grippe hivernale particulièrement sévère. Cumulé au recul des naissances, le solde naturel, différence entre les nombres de naissances et de décès, s’établit à +144.000 pour 2018, chiffre qui n’a « jamais été aussi bas depuis la fin de la seconde Guerre mondiale », précise le rapport.

Mariage en hausse

En 2018, 235.000 mariages ont été célébrés, dont 229.000 entre personnes de sexe différent, un chiffre qui remonte légèrement depuis deux ans. Quant aux jeunes mariés, ils se font, paradoxalement, de plus en plus vieux ! Les femmes se marient en moyenne à 36 ans et les hommes à 38,4 ans.

En images : vous entendrez parler d'eux en 2019
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]