Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Et si vous receviez de bonnes nouvelles chaque matin ? Inscrivez-vous à la newsletter d'Aleteia !
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Que faire lorsque l’Église traverse des temps difficiles

St peter square
Antoine Mekary | ALETEIA
Partager

Saint John Neumann, évêque de Philadelphie (États-Unis) au XIXe, nous donne quelques clefs pour trouver la bonne attitude au milieu de l’épreuve.

Saint John Neumann (1811-1860) était un homme humble qui refusait les honneurs et les privilèges et donnait tout ce qu’il avait aux pauvres. Lorsqu’il était évêque de Philadelphie, de 1852 à 1860, il était difficile d’être catholique aux États-Unis. À cette époque, les fidèles de son diocèse faisaient face à de grandes persécutions. Des émeutes anticatholiques éclataient et de nombreuses églises et couvents étaient brulés. Il pouvait alors être tentant pour lui de tout quitter et de partir. Il demanda en effet à être muté. Son souhait refusé, il décida alors de dédier le restant de sa vie à rebâtir l’Église de Philadelphie de ses cendres.

En 1854, il écrit une lettre pastorale aux habitants de la ville dans laquelle il les encourage à rester fidèles à leur foi pendant ces épreuves intenses. L’évêque donne ainsi de forts encouragements et prodigue des conseils qui peuvent nous être utiles encore aujourd’hui, notamment dans ces temps difficiles qui affligent l’Église. Il explique tout d’abord que lorsque nous traversons une épreuve, il est de notre responsabilité de garder notre foi et de nous inquiéter d’abord de notre propre salut.

En contemplant les calamités de toutes sortes qui affligent l’Église… [Le Pape] nous prie de nous tourner vers le Seigneur et de devenir à nouveau Son peuple. Il nous encourage également à renouveler les vœux de fidélité, d’amour et d’obéissance que nous avons tous faits lorsque nous sommes entrés dans Sa famille. Il nous recommande vivement de secouer la torpeur, la paresse spirituelle et l’indifférence religieuse qui, comme un cancer, ronge encore le cœur de la Société, « Rejetons les œuvres des ténèbres, revêtons-nous des armes de la lumière. Conduisons-nous honnêtement, comme on le fait en plein jour, sans orgies ni beuveries, sans luxure ni débauches, sans rivalité ni jalousie, mais revêtez-vous du Seigneur Jésus Christ ; ne vous abandonnez pas aux préoccupations de la chair pour en satisfaire les convoitises. » (Rm 13, 12-14)

Frères chrétiens, si l’Église de Jésus-Christ est affligée en ces temps, vers qui nous tourner avec le plus de confiance, nous qui sommes ses enfants, que vers sa « divine » Mère que l’Église n’a jamais invoquée en vain ?  Et à quoi serviront la prière, les aumônes, le jeûne et même les sacrements qui donnent la vraie Vie, si nous n’écoutons pas l’avertissement de notre Sauveur ; si nous n’évitons pas les occasions de péché ? « Celui qui aime le danger, y laissera sa vie » (Qo 3, 27)

Il conseille ensuite aux fidèles de se tourner vers la Vierge Marie, en priant pour obtenir Sa protection et en lui demandant d’étendre son manteau maternel sur la Sainte Église.

Ô Sainte Reine, Mère de Miséricorde, priez pour nous. Intercédez pour le clergé. Protégez les vierges consacrées. Donnez-nous tous la force contre nos ennemis et contre tes ennemis. Donnez courage aux craintifs ; joie à ceux qui pleurent ; paix aux cœurs contrits ; persévérance aux justes. Ô Sainte Vierge, que nous puissions tous faire l’expérience de ta protection maternel, par laquelle les nations sont amenées à la pénitence et les démons sont mis en fuite. Que ceux qui étaient dans les ténèbres et l’ombre de la mort soient remplis de la connaissance et de l’amour de ton Fils unique.

L’évêque John Neumann encourage ensuite les parents à transmettre la foi à leurs enfants, à la génération suivante, qui deviendront à leur tour responsables de l’avenir de l’Église.

Veillez sur les enfants que Dieu vous a confiés, si vous ne voulez pas mettre un sceau à votre propre condamnation. Par amour de Jésus Christ qui a dit : « Laissez les enfants venir à moi, ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent » (Mc 10, 14). Amenez-les-lui par votre vie juste et votre sainte conversation. Enseignez dès leur plus jeune âge à vos enfants à cultiver une vraie piété filiale envers la Bienheureuse Vierge Marie, sans qu’un jour ne passe sans réciter la salutation de l’Archange Gabriel. Encouragez-les à cette douce tâche, avec les paroles de Saint Bernard, et puissions-nous tous nous en souvenir : » Le ciel sourit, les anges se réjouissent, le monde exulte, quand on récite le Je vous Salue Marie. »

L’évêque nous rappelle que lorsque l’Église traverse des temps difficiles, l’essentiel est de rester inébranlable dans la foi. Si nous restons fidèles à Dieu et menons une vie sainte que nous transmettrons à la génération suivante, l’avenir sera beaucoup plus radieux et nous serons en mesure de traverser toutes les tempêtes qui secoueront notre Sainte Église.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]