Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Commencez la journée de la meilleure des manières : recevez la newsletter d'Aleteia
Je m'inscris!

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

Dakar 2019 : Nicola Dutto, le motard en fauteuil

NICOLA DUTTO
Partager

Jusqu’au 17 janvier 2019, la 41e édition du Rallye Dakar rassemble plus de 500 participants qui ont pris le départ à Lima (Pérou). Parmi eux, Nicola Dutto, paraplégique.

Lundi 7 janvier, les participants de la 41e édition du Rallye Dakar se sont lancés dans une équipée de plus de 5.000 kilomètres. Parmi les 137 motards qui concourent, l’Italien Nicola Dutto. Ce sportif sort des sentiers battus : paraplégique, il n’a plus l’usage de ses jambes. Pourtant, rien n’arrête ce passionné qui fêtera ses 39 ans le 13 janvier prochain. Et certainement pas son handicap, ni le sable et les dunes du légendaire rallye. « Quand je suis sur ma moto, je me sens libre », confie-t-il.

Si c’est son premier Dakar, ce n’est sa première compétition, loin s’en faut. Ce motard professionnel a été victime d’un grave accident en mars 2010 qui a détruit sa moelle épinière. Ce qui ne l’a pas empêché de reprendre la compétition après neuf mois sur un lit d’hôpital.

Accompagné par ses « anges-gardiens »

Durant l’épreuve, Nicola ne roule pas seul. Il est en effet entouré de ceux qu’il nomme gentiment ses « anges-gardiens ». « Ils sont trois : un devant, deux derrière. Ce sont les deux derrière qui me portent si je tombe parce que je suis attaché à ma moto. Celui de devant me guide. J’ai toute confiance en eux », explique-t-il à l’AFP. Sa KTM a été spécialement équipée pour répondre à ses besoins. « Sur mon guidon, j’ai les commandes pour les freins arrière et les freins avant, le changement de vitesse et l’accélérateur », détaille-t-il. C’est sans compter sur le soutien de sa femme et de sa fille qui l’ont accompagné en Amérique du Sud, ainsi que de quelques amis proches. On croise les doigts pour lui. Mais c’est bien connu : tous les chemins mènent à Lima…

Lire aussi : Dakar 2019 : Lucas Barron, trisomique, participera à la course

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]