Recevez la newsletter d'Aleteia chaque jour!
Démarrez la journée avec la newsletter d'Aleteia
Je m'abonne gratuitement !

Vous ne souhaitez pas faire de don ?

Voici cinq façons d'aider Aleteia:

  1. Prier pour notre équipe et le succès de notre mission
  2. Parler d'Aleteia dans votre paroisse
  3. Partager les articles d'Aleteia avec vos amis et votre famille
  4. Désactiver votre bloqueur de pub quand vous êtes sur Aleteia
  5. S'abonner à notre newsletter gratuite et la lire tous les jours

Je vous remercie!
L'équipe d'Aleteia

 

Souscrire

Aleteia

La traite humaine encore largement impunie

SYRIAN,REFUGEES
L’existence d’un conflit armé dans le pays « renforce le risque de traite d’êtres humains », souligne l’ONUDC
Partager

Exploitation sexuelle, prélèvement d’organes, travail forcé… La traite humaine reste largement impunie à travers le monde, révèle un rapport de l’ONU publié ce 7 janvier.

Elle peut prendre de nombreux visages. La traite humaine demeure aujourd’hui, au XXIe siècle, un crime encore massivement impuni, souligne un rapport de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) publié ce lundi 7 janvier. Malgré une récente augmentation du nombre de condamnations prononcées pour des faits relevant de la traite humaine en Afrique et au Moyen-Orient, « le nombre total (de condamnations) dans ces régions reste très faible », déplore l’organisation internationale.

Lire aussi : L’esclavage moderne, une réalité pour plus de 40 millions de personnes

En effet, compilant des données jusqu’à l’année 2016, le rapport note qu’à cette date les pays connaissant des situations de conflits armés n’ont jamais été aussi nombreux au cours des trente dernières années. Une réalité d’autant plus scrutée que l’existence d’un conflit armé « renforce le risque de traite d’êtres humains », souligne l’ONUDC. De fait, les conflits sont bien souvent synonymes d’une faiblesse, d’une défaillance voire d’une disparition des autorités, de déplacements forcés de populations, de l’éclatement des structures familiales et d’une précarité économique, détaille encore l’organisme.

25.000 victimes en 2016

Mais de quoi parle-t-on ? La traite humaine est une expression qui désigne le fait de « recruter, transporter, transférer, héberger ou accueillir une personne en ayant recours à la force, à la contrainte, à la tromperie ou à d’autres moyens, en vue de l’exploiter ». Il peut s’agir d’une exploitation pour leur force de travail, pour le sexe ou pour leurs organes.

Lire aussi : D’esclaves à avocates : une fondation au secours des victimes du trafic d’enfants

Ce rapport, qui est basé sur les informations recueillies auprès de 142 pays et concerne donc plus de 94% de la population mondiale, permet à chacun d’appréhender l’ampleur du phénomène. Si l’ONUDC n’avance pas d’estimation concernant le nombre de victimes de traite à travers le monde, le nombre de cas identifiés s’élevait à un peu moins de 25.000 en 2016, soit une augmentation de plus de 10.000 depuis 2011, avec des hausses « plus prononcées dans les Amériques et en Asie ».

70% des victimes sont des femmes

Dans le détail, 70% des victimes de traite détectées dans le monde sont des femmes et 23% de l’ensemble des victimes identifiées sont des mineures. La traite à des fins de mariage forcé est une situation qui concerne particulièrement les femmes en Asie du Sud-Est.

Lire aussi : Il achète des esclaves sexuelles en Irak… pour les rendre à leur famille

Autre fait notable, la traite à des fins d’exploitation sexuelle est la forme d’exploitation la plus répandue avec 59% des victimes identifiées en 2016. L’ONUDC cite notamment le cas de milliers de filles et de femmes de la minorité yézidie asservies par l’État islamique en Irak. Le travail forcé est la deuxième forme de traite la plus répandue représentant un tiers des victimes couvertes par les données et prévalant particulièrement en Afrique subsaharienne et au Moyen-Orient.

Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement
Aleteia vous offre cet espace pour commenter ses articles. Cet espace doit toujours demeurer en cohérence avec les valeurs d’Aleteia. Notre témoignage de chrétiens portera d’autant mieux que notre expression sera empreinte de bienveillance et de charité.
[Voir la Charte des commentaires]