Aleteia logoAleteia logo
Aleteia
Lundi 01 mars |
Saint Aubin d'Angers
home iconActualités
line break icon

La nomination du nouvel évêque de Hong Kong, un cas bien particulier

MICHEAL YEUNG

Isaac LAWRENCE I AFP

Mgr Michael Yeung Ming-cheung, évêque de Hong Kong (Chine), s'est éteint le 3 janvier 2019.

La rédaction d'Aleteia - avec I.Media - Publié le 04/01/19

Alors que Mgr Michael Yeung Ming-cheung, évêque de Hong Kong (Chine) s’est éteint ce 3 janvier, la nomination de son successeur pourrait représenter un premier défi à l’accord "provisoire" signé en septembre dernier par Rome et Pékin au sujet de la nomination des évêques.

La mort de Mgr Yeung, évêque de Hong Kong, est relativement inattendue puisque le prélat n’était âgé que de 73 ans et n’a servi que 18 mois à la tête du diocèse de Hong Kong. Avec sa disparition, c’est un premier défi qui se pose aux autorités religieuses dans la mesure où un accord provisoire a été signé en septembre dernier par le Saint-Siège et le gouvernement chinois concernant la nomination des évêques.


ROSARY,CHINA,POPE FRANCIS

Lire aussi :
Un pas de géant dans la relation entre le Vatican et la Chine

La situation de Hong Kong est toute particulière : rattachée pleinement à la Chine continentale seulement depuis 1997, elle jouit d’une large autonomie. La péninsule est ainsi régie par une Loi fondamentale qui stipule que tous les résidents jouissent de la liberté de conscience et de la liberté de religion (article 32). La pratique du culte est également libre, à la différence du reste de la Chine continentale.

Des évêques coadjuteurs

Cette liberté a ainsi permis une nomination aisée des évêques du diocèse de Hong Kong, et même de la remise de la barrette cardinalice à certains d’entre eux. Toutefois, le Saint-Siège a toujours observé une certaine prudence dans les nominations. Le cardinal Zen a ainsi été nommé coadjuteur du diocèse en 1996, peu avant la rétrocession à la Chine. Pour lui succéder, un coadjuteur – le cardinal Tong – a également été nommé. De même, avant de prendre la pleine conduite du diocèse de Hong Kong, Mgr Yeung était lui aussi coadjuteur. De plus, le rattachement de Hong Kong à la Chine continentale n’a pas empêché la liberté de parole des prélats. En particulier celle du cardinal Zen, qui se montre très critique de l’accord entre Rome et Pékin et qui ne s’en cache pas.

Toutefois, cette pratique du « un pays, deux systèmes » est de plus en plus remise en cause par Pékin qui aimerait faire pleinement revenir Hong Kong dans son giron. En effet, l’autonomie de l’île diminue progressivement et certaines libertés semblent remisent en cause. La politique de Pékin s’est également manifestée de façon tout à fait concrète en inaugurant fin 2018 un pont reliant l’île au continent.

Un « dialogue » sur les nominations épiscopales

Les termes de l’accord « provisoire » entre Rome et Pékin sur la nomination des évêques en Chine sont restés confidentiels et la seule explication fournie par le pape François est que ces nominations feront l’objet d’un « dialogue » entre les deux parties. Toutefois, au vu de la situation particulière de Hong Kong et de sa large autonomie, il est difficile de savoir si l’île est concernée par l’accord dont l’étendue n’est pas connue. Le Vatican a toutefois annoncé qu’il était signé avec la République populaire de Chine, ce qui en théorie comprend Hong Kong, qui en est une région administrative spéciale.


POPE FRANCIS,SKIES,WEATHER

Lire aussi :
Relations internationales : la diplomatie vaticane au service du bien commun (3/5)

S’il est possible que le Saint-Siège décide seul du nom, il est difficilement imaginable que le profil du nouvel évêque soit en opposition frontale avec celui qu’imaginerait Pékin. Cela constituerait un affront au gouvernement communiste, moins de quatre mois après la signature de cet accord longuement négocié et toujours « provisoire ». L’agence catholique asiatique UCAnews a ainsi avancé le nom de Mgr Ha, évêque auxiliaire de Hong Kong, comme « susceptible d’être nommé administrateur apostolique [du diocèse] », même si cela « pourrait ne pas être bien accueilli par le gouvernement communiste chinois ».

Tags:
chineevequehong kongVatican
Soutenez Aleteia !
A travers le monde, vous êtes des millions à lire Aleteia, pour y trouver quelque chose d'unique : une vision du monde et de votre vie inspirée par l’Évangile. On prétend qu'il est de plus en plus difficile de transmettre les valeurs chrétiennes aux jeunes d'aujourd'hui.
Et pourtant, savez-vous que plus de la moitié des lecteurs d'Aleteia sont des jeunes de 18 à 35 ans ? C'est pourquoi il est si important que Aleteia demeure un service quotidien, gratuit et accessible à tous. Cependant, un journalisme de qualité a un coût que la publicité est loin de couvrir. Alors, pour qu'Aleteia puisse continuer à transmettre les valeurs chrétiennes au cœur de l'univers digital, votre soutien financier demeure indispensable.
*avec déduction fiscale
Le coin prière
La fête du jour






Top 10
1
Philip Kosloski
La prière à l’Esprit saint que Jean Paul II récitait tous l...
2
Cerith Gardiner
En cas de besoin, la très efficace prière de 5 secondes de mère T...
3
BABY BOY
Mathilde de Robien
Ces prénoms de garçons qui portent en eux le sceau de Dieu
4
Ange gardien
Isabelle Cousturié
La prière à son ange gardien pour déjouer le mal
5
Guilhem Lignon
Timothée Dhellemmes
Vidéo : abandonné par Dieu ? La leçon de foi édifiante de Guilhem
6
Christine Pellen
GPA : mère génétique de 10 enfants, elle ne compte pas s’arrêter ...
7
WOMAN
Anna Ashkova
Une prière à lire dès le réveil pour offrir sa journée à Dieu
Afficher La Suite
Newsletter
Recevez Aleteia chaque jour. Abonnez-vous gratuitement